Colloque : Travailler dans la musique [Lausanne]

Présentation

Comme toutes les productions artistiques, la musique est aussi et peut-être d’abord un travail. Cette idée prend à rebours la mythologie romantique héritée du XIXème siècle qui fait de l’activité artistique le fruit d’une inspiration transcendante, inaccessible à la rationalisation, et de l’artiste un être d’exception dont le « talent » serait irréductible à l’analyse sociologique. C’est peut-être l’un des apports fondamentaux des travaux fondateurs de Howard S. Becker aux Etats-Unis dans les années 1950, que d’avoir montré combien il était important de s’intéresser à ce qui fait le quotidien du travail musical. Loin des représentations éthérées du créateur inspiré, il a pratiqué l’observation ethnographique du travail exercé par des individus ni riches ni célèbres, les « musiciens de danse ».

Soixante ans plus tard, le corpus de la sociologie du travail musical s’est considérablement enrichi. De fait, en 2016, une centaine de chercheurs et chercheuses venu.e.s de tous les continents se sont retrouvé.e.s à Glasgow pour le premier colloque Working in Music. Le succès de cette première édition a entraîné la création d’un réseau international de recherche sur le travail musical1 et fait naître le désir de renouveler l’expérience d’une rencontre. Deux ans après, c’est donc à Lausanne que se tiendra le deuxième colloque international consacré au travail dans la musique tel qu’il peut être saisi par les sciences sociales.

Program

Thursday 11 January

(Building: Géopolis)

13:00 Welcome, snacks and coffee

13:45 Introduction by Marc Perrenoud & Pierre Bataille (UNIL)

14:00 -15:00 Keynote1

  • Martin Cloonan (Univ. Turku) & John Williamson (Univ. Glasgow), “Musicians as workers in the gig economy” (Univ. Glasgow; Univ. Turku)

15:00 – 16:00 Keynote2

  • Hyacinthe Ravet (Université Paris 4), “The conductor and the band. Interactions and work relations”

16:15 – 18:30 Panels

Panel 1: Inequalities and discrimination: sex, race, class, and musical careers

Chair: Soline Blanchard (UNIL)

  • Mark Banks – Giving Grace to the Graceful? On Music, Meritocracy and the Social Selection of Talent
  • Anna Bull – Class, control and classical music: the production of inequalities among young people playing classical music in England
  • Mojca Piškor – Orchestras, women and aging:  reading through the life stories of female orchestral musicians in Croatia
  • Miki Kaneda – New Music, New Work: How the Creative Labor of Performers Shapes Contemporary Music

Panel 2: Teaching, learning, and transmitting: the music and the trade

Chair: Adrien Pegourdie (Université de Limoges)

  • Yuiko Asaba – Working as a Tango Musician in Japan: Lineage, Innovation, Institutionalisation
  • Alice Aterianus-Owanga – « Sabar rek »  (« Only sabar! »). Circulations, transmission and domination in the teaching of sabar in Europe
  • Reguina Hatzipetrou-Andronikou – Learning trajectories, training opportunities and their gendered effects: the process of institutionalisation of Greek traditional music
  • Dimitra Papastavrou – Building improvisation: Music specialization and professional training in an informal learning group

Panel 3: Occupational identity and life style: being a musician

Chair: Pierre Raboud (Université de Lausanne)

  • Loïc Riom – « The stupid guy who wants to make music all the time » : Negotiation and circulation of the identity of indie rock musician in Switzerland
  • Lee Marshall – Are musicians entrepreneurs? Reflections on musicians’ views
  • Frédéric Trottier – Being a techno musician in Detroit
  • Jérémy Sinigaglia – De la bohème à l’organisation scientifique du travail. Le rapport au temps comme révélateur des transformations de l’identité professionnelle des musicien-ne-s

Friday 12 January

(Building: Géopolis)

9:00 – 12:00 Panels

Panel 4: Inequalities and discrimination: sex, race, class, and musical careers

Chair: Isabel Boni-Le Goff (Université de Lausanne)

  • Véronique Clette-Gakuba – Migrations postcoloniales et transformation de la rumba congolaise au départ de la Belgique francophone
  • Paula Guera & Ana Oliveira – Rebel Girl! Punk, gender and difference in Portugal since 1970’s
  • Mohamed Oubenal – From the discrimination against amazigh music to its emancipation
  • Lucas Preite – Bello Figo and Baba Uslender: musical (online-)reflections on discrimination
  • Pierre Bataille & Marc Perrenoud:“One for the money”? The digitalization and « disk crisis » impact on the incomes of ordinary musicians in French-speaking Switzerland

Panel 5: Collective action, unions and social struggle

Chair: Martin Cloonan (University of Glasgow)

  • Ananay Aguilar – PPL: the management of performers’ rights
  • Eileen Karmy – Musicians as workers: popular and classical musicians in conflict during the music institutionalisation process of the 1940s in Chile
  • Martin Lussier – A music industries association’s board of directors as a cultural workplace: the case of ADISQ in Québec
  • Henry Stobart & Michelle Bigenho – Heritage politics and indigenous singer-songwriter organizations in Bolivia

Panel 6: Support personnel, gatekeepers, and intermediaries

Chair: Matt Stahl (University of Western Ontario)

  • Larain Porter – A game of hare and hounds with one small terrier puffing well in the rear’ the work of the Musical Director in British Silent Cinema
  • Joël Girès – La Loudness War : l’incertitude de l’emploi à la source de processus mimétiques et inflationnistes dans le monde du disque
  • Charles Umney – Online intermediaries in the labour market for function musicians: problems created and possible responses
  • Jelka Vukobratovic – The Infrastructural Frame of Village Fests in Croatia and Its Role in Providing Work for Local Musicians
  • Myrtille Picaud – “The biggest rule here is that nobody who is involved earns money”: booking in music venues in Paris and Berlin

14:00 – 16:00 Panels

Panel 7: Occupational identity and lifestyle: being a musician

Chair: Miriam Odoni (Université de Genève)

  • Olivia Gable – ‘Emerging’ Popular Musicians Working in England and the Value of Public Funding
  • Sofiane Bouhdiba – Darbouka and Deafness: the Morbidity of Percussionists in Tunisia
  • Matt Stahl – Kesha vs. Dr. Luke, Particularism vs. Abstraction: The Atavistic Politics of Occupational Music Making
  • Richard Sutherland – The Role of Government Programs in Defining Professional Recording Artists

Panel 8: Teaching, learning, and transmitting: the music and the trade

Chair: Najate Zouggari (Université de Lausane)

  • Aurélien Poidevin & Sabine Emad – Devenir et être musicien.ne d’orchestre : de l’école aux métiers
  • Andrea Giesch – To be a musician in a social and cultural school project. Case study of the Geneva « classroom orchestra »
  • Rémy Deslyper – The professional musician of the french schools of « musiques actuelles »: the emergence of a new attitude to musical practice
  • Yvon Lamy & Adrien Pegourdie – To deal with teaching. Inequalities in french classic musical labor market and requalification of teaching pratice

Panel 9: Support personnel, gatekeepers, and intermediaries

Chair: Olivier Moeschler (Université de Lausanne)

  • Battentier Andy – Technical work in music : towards a new category of actors in musical worlds
  • Gérôme Guibert, Hyacinthe Chateigné & Vera Bezsonoff – Entre singularité et normalisation. Les salariés des lieux de musiques actuelles en France
  • Gabrielle Kielich – More Work than Sibilance? Understanding Representations of Road Crews’ Labour
  • Helen Reddington – Gender Mediation in Popular Music Production: pathways for women producers and engineers in popular music

16:30 – 18:00 Debate (in French): “Vivre de la musique ?” (Building: Grange de Dorigny)

Chairs: Marc Perrenoud et Pierre Bataille

  • Anne Papilloud (Syndicat suisse romand du spectacle)
  • Leïla Kramis (Syndicat musical suisse)
  • Julien Feltin (EJMA – Ecole de jazz et de musique actuelle)
  • Yann Riou (Service de la culture, Ville de Lausanne)

Saturday 13 January

(Building: Géopolis)

9:30 – 10:30 Keynote3

  • Marie Buscatto (Univ. Paris 1), “Unravel the threads of musical careers through intersectionality. Ways and reasons”

10:45 – 12:45 Panels
Panel 10: New trends and new topics

Chair: Gérôme Guibert (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)

  • Marta Casals-Balaguer – The jazz collective in Barcelona and Boston. The role of the collaborative circles in the music scenes
  • Mathieu Feryn – From times of listening to sharing our musical tastes. A test of musical work in Avignon
  • Sandrine Bubendorff – Crowdfunding: a way to access a professional artist status or a degradation of work conditions?
  • Nuné Nikoghosyan – Imitate, copy or pay tribute? How conventions shape identities and practices in the world of tribute bands

Panel 11: New trends and new topics

Chair: Hyacinthe Ravet (Université Paris 4)

  • Ana Oliveira, Paula Guera & Costa Pedro – DIWO! The role of networks and collaborative practices in building musical careers in the independent musical scene of Lisbon
  • Olivier Voirol – Le travail de ‘valuation’ musicale
  • Philippe Blache – Emergence and diffusion of DIY communities. The artist-entrepeneur, a cultural actor at the crossroads

13:00 – 13:15 Closing Speech, Marc Perrenoud & Pierre Bataille

Organising Committee

  • Pierre Bataille (Université Libre de Bruxelles – Centre METICES)
  • Fabiana Carrer-Joliat (Université de Lausanne – LACCUS)
  • Camila Moyano (Universté de Lausanne – LACCUS)
  • Nuné Nikoghosyan (Université de Genève – IRS)
  • Marc Perrenoud (Université de Lausanne – LACCUS)
  • Loïc Riom (Mines Paris Tech – CSI)
  • Najate Zouggari (Université de Lausanne – LACCUS)

Scientific Committee

  • Pierre Bataille (Université Libre de Bruxelles – Centre METICES)
  • Howard S. Becker (Independant researcher)
  • Marie Buscatto (Université Paris Panthéon-Sorbonne – ISST)
  • Martin Cloonan (University of Glasgow – Coll. of Arts)
  • Marc Perrenoud (Université de Lausanne – LACCUS)
  • Hyacinthe Ravet (Université Paris-Sorbonne – IREMUS)
  • Jérémy Sinigaglia (Institut d’études politiques de Strasbourg – CRESPPA)
  • John Williamson (University of Glasgow – Coll. of Arts)

Les Allumés du Jazz interrogent la Toile [Médiapart]

Les Allumés du Jazz interrogent la Toile

Numéro 34 du Journal des Allumés du Jazz rempli d’illustrations originales de nombreux dessinateurs, photos de Guy Le Querrec et Sergine Laloux autour d’articles qui réfléchissent la musique et notre temps. Thématique sur les nouveaux usages. En prime une photo de Bernard et moi avec Dee Dee Bridgewater pendant l’enregistrement de la Prière de Sarajevo…
birge-dee-dee-bridgewater-vitet

Les Allumés du Jazz m’ont fait un beau cadeau en illustrant mon article sur le son et Internet avec une photo de Guy le Querrec que je n’avais jamais vue, prise au cours de l’enregistrement de la Prière de Sarajevo avec Dee Dee Bridgewater et Bernard Vitet (en écoute ici) pour l’album Sarajevo Suite dont j’assurais la direction artistique. Nous l’avions composée à partir d’un poème d’Abdullah Sidran et revenions de Londres où le Quatuor Balanescu avait, entre autres, assuré l’accompagnement.

En lisant le chapeau de ma participation à ce numéro 34 du Journal, Elsa ajoute qu’il constituerait un bon résumé de mes activités : « Jean-Jacques Birgé aime le temps, l’avance sur son temps et les découvertes des relations instantanées, recherches d’un quotidien idéal. Ce très actif pionnier, designer sonore, musicien polyglotte, passionné d’images, s’agite et agite depuis 1975 avec, ou contre vents et marées, tous les moyens de diffusion musicale. » (article à découvrir la semaine prochaine !)

Le dessinateur Zou a également illustré ces deux pages. Mais nous ne sommes heureusement pas seuls ! Luigi Critone a réalisé la couve, et Jeanne Puchol, Jazzi, Sylvie Fontaine, Johan de Moor, Pierre Ouin (récemment disparu), Thierry Alba, Julien Mariolle, Andy Singer, Gabriel Rebufello, Pic, Cattaneo, Nathalie Ferlut, Efix, Rocco, Faujour y sont également allés de leur plume, pinceau ou rotring, sans compter Le Querrec et Sergine Laloux pour les photographies.

allumes-du-jazz-34

Si Jean Rochard m’avait demandé un texte « sur mon rapport à l’internet en tant que musicien (rapport à l’œuvre enregistrée, possibilités et limites, différence avec le 78tours, le 33tours, le CD, la radio etc.), mais aussi comme utilisateur et amateur de musique », ce numéro offre quantité d’articles sur la musique confrontée aux nouvelles pratiques.

Albert Lory se moque des néologismes à la mode, Christophe Rocher chronique l’ouvrage d’Alexandre Pierrepont sur l’AACM de Chicago, Gontran de Mortegoutte (dont le vrai nom est une secret de polichinelle, sinon donnez votre langue au chat !) interroge les musiciens Rémi Charmasson, Bruno Tocanne, Noël Akchoté, Hasse Poulsen, Hélène Breschand, Matthew Shipp, Sylvia Versini, Jean Aussanaire, Denis Colin, Stephan Oliva, Thierry Balasse, Thomas de Pourquery, Sarah Murcia, Benoît Delbecq, Guilaume Séguron, rien que du beau monde, sur ce qui les motive à puiser dans le répertoire en cette époque de grande confusion. Mathieu Feryn aborde la question YouTube d’un point de vue très universitaire. François Cotinaud ouvre un champ œcuménique au soundpainting en rencontrant les praticiens Sylvain Kassap, Andy Emler, Serge Bertocchi, Serge Adam, François Rossé et Alain Grange. Jean Rochard s’entretient avec Guillaume Saint James sur son album Mégapolis et Anne Choquet sur son Foehn. Raymond Vurluz fait de même avec la clarinettiste Catherine Delaunay, puis Jacques Oger avec le trompettiste Louis Laurain. L’inénarrable Pablo Cueco livre ses visions humoristiques en brèves de comptoir tandis que Jean-Louis Wiart revient sur des définitions peu orthodoxes du jazz. Après la flopée de nouveautés discographiques distribuées en ligne par Les Allumés Patrice Soletti ferme le ban en commentant un cliché de Le Querrec. Toute l’équipe du Journal rend un dernier hommage à Valérie Crinière, cheville ouvrière et Jiminy le criquet de l’association, dont la disparition en février dernier est particulièrement cruelle.

Pour en savoir plus : https://blogs.mediapart.fr/jean-jacques-birge/blog/111215/les-allumes-du-jazz-interrogent-la-toile

KISMIF : DIY CULTURES, SPACES AND PLACES (Porto)

KISMIF : DIY CULTURES, SPACES AND PLACES.

17-22 July 2016

Cette conférence internationale est organisée par le KISMIF de l’Institut de sociologie, Faculté des Arts de l’Université de Porto.

The Keep It Simple, Make It Fast! (KISMIF) est un projet de recherche scientifique venant de sociologie et ayant comme objectif l’analyse des manifestations de punk au Portugal depuis ses origines jusqu’à nos jours (1977 à 2017).

KISMIF est pris en charge par la Fundação a ea Ciência Tecnologia (FCT) et se déroule à l’Institut de sociologie de la Faculté des arts de l’Université de Porto (IS | UP) dans le cadre d’un partenariat avec le Centre Griffith pour la recherche culturelle (GCCR) , l’Université de Lleida (UdL), le Centre d’études sociales de l’Université de Coimbra (CES), la faculté d’économie de l’Université de Coimbra (FEUC), la Faculté de Psychologie de l’Université de Porto (FPCE) et les bibliothèques municipales de Lisbonne (BLX).

L’approche du KISMIF est trans-disciplinaire (anthropologie, histoire, psychologie, communication, journalisme et sociologie) et traite de différents temps et d’espace dans une perspective synchronique et diachronique afin de dévoiler les rideaux qui cachent cet objet de recherche à peine visible et complexe .

L’approche privilégié du KISMIF est non seulement un dialogue entre la production et la réception punk avec la structure axiale de la culture urbaine portugaise, mais il a également l’intention de conceptualiser le phénomène de la musique à la fois comme un des plus anciens, universels et importants moyens de communication et un outil important pour l’identité et de définition de l’identité communautaire.