Congrès : aliénation ou émancipation [St Gall, Suisse]

CONF : Art & Market : Alienation or Emancipation? St.Gallen, November 17-18, 2016

unistgallenInternational congress organised by the Research committee Sociology of Arts and Culture (RC-SAC) of the Swiss Sociological Association (SGS) and the Institute of Sociology of the University of St.Gallen (SfS-UNISG), Switzerland

The market plays an ambivalent role in the sociological analysis of art. Some authors suggest it implies commodification or even bondage of art. From this point of view, the accursed artist – who continues to create pieces of art even if he is not selling them – may become an epitome of authentic creation.

According to the Frankfurt School, the «cultural industry», as an economic system, produces and disseminates standardized products aimed to fulfil needs created from scratch and to bring consumers into line.

Within «art worlds», characterized by Howard Becker as cooperative networks regulated by aesthetic conventions, there seem to be a limited scope for economic competition and market constraints. Pierre Bourdieu draws a distinction between two artistic subfields by setting a relatively autonomous restricted production against a heteronomous broader production responding to commercial and market-based considerations. From this point of view, is genuine the art that succeeds to escape the market thanks to State subsidies or cultural policies protecting «freedom of art». Other analyses consider, by contrast, that the market casts off the subordination to Religion, the Prince, an excessively demanding cultural patronage or the State. In the case of Mozart, Norbert Elias describes the use of subscriptions and concerts as a way to move beyond the dictates of nobles – but the musical market was in its early stages, which paradoxically pushed his extraordinary productivity and probably explains the early death of the composer.

Pierre Bourdieu (1930-2002)
Pierre Bourdieu (1930-2002)

For Pierre Bourdieu, the historical emergence of the market initially offers the condition of possibility of an «autonomisation» of art. This «reversed economy» enabled the literary field to establish its own rules – in a context particularly competitive and with the risk of an increased exposition to a market-based economy.

For the complete progamme open this PDF  Art & Market Progamme St. Gallen

Organising committee: Andrea GLAUSER (University of Lucerne), Olivier MOESCHLER (University of Lausanne),  Valérie ROLLE (London School of Economics), Franz SCHULTHEIS, Patricia HOLDER and Thomas MAZZURANA (University of St.Gallen)

Scientific committee: the above-mentioned persons and Jens KASTNER (Akademie der bildenden Künste, Vienna), Alain QUEMIN (University of Paris VIII), Ulf WUGGENIG (Leuphana University of Lüneburg)

XXème congrès de la SFSIC : temps, temporalités.

XXème congrès de la SFSIC

XXème congrès de la SFSIC : temps, temporalités. Du 8 au 10 juin 2016

Dans son rapport au temps, le prix de toute évidence associe passé, présent, futur ; notre communication consiste à étudier comment il induit des dynamiques de changement que connaît le marché du jazz en France depuis le début des années deux mille. Notre terrain est constitué par les récompenses décernées dans le monde du jazz (prix, concours, distinctions des instances de consécration) comme outils de mémoire et de récits ; où, il s’agit d’interpréter les modalités de reconnaissance et de valorisation professionnelle du talent. En effet, c’est un domaine marqué par une forte incertitude et l’émergence de conceptions du jazz parfois radicalement opposées, mais permettant d’observer des processus de négociation et de classement (création de nouvelles taxinomies) liés à l’émergence de nouvelles catégories d’acteurs venant d’autres sphères artistiques (pop, world music, hip-hop, électro,…) qui impliquent que les pratiques des acteurs et les dispositifs mis en place évoluent (festivals, plates formes streaming, prix commémoratifs, hommages aux légendes, concerts, ouvrages…).

Paradoxalement, au moment où l’on invoque l’accélération des procédés de reconnaissance des jeunes musiciens de jazz français et l’accumulation à court terme de projets musicaux, on observe une multiplication des hommages aux anciennes stars du jazz dont on peut penser qu’ils sont des traces susceptibles d’être transmises ou interrogées. Notre travail aborde les processus de reconnaissance du jazz à différents instants de la vie de publics et de carrières de musiciens par le biais de la transmission culturelle et/ou mémorielle. Dans la suite de notre travail où nous avons cherché à savoir si la récompense professionnelle opérait une forme de « recommandation » sur les professionnels du spectacle, et notamment les programmateurs ; notre réflexion s’articule sur les moyens de tracer et d’identifier des programmations de lieux, où apparaît un corpus constitué de programmations d’artistes sur la même durée de référence que la base de données de prix (15 ans de l’an 2000 à 2014). Ce qui permet de confronter les deux corpus en travaillant sur une reconnaissance de syntagmes lexicaux afin de proposer une interprétation d’indicateurs nous aidant à établir un effet de recommandation (effet prescriptif) s’il y a (ou pas) sur le public et les intermédiaires de la création et, possiblement, sur la construction d’une réputation dans le temps. Effectivement, dans son rapport au temps, les acteurs s’attachent à être innovants, originaux et visibles auprès des publics. L’étude de la réception des récompenses décernées dans le jazz en France sur le marché de la musique permet de savoir comment ces récompenses sont traduites chez les musiciens et les publics en terme de capital « immatériel ».

C’est pourquoi, nous nous intéresserons à savoir comment et avec qui concourent collectivement la fabrique du musicien de jazz français au sein des espaces de diffusion et des instances de consécration dans un contexte où la numérisation des objets du passé (patrimoine numérisé) comme celle des activités sociales (traces numériques, données personnelles) agit sur les pratiques mémorielles, mais aussi la perception de l’avenir ? De manière concrète, notre réflexion consiste surtout à appréhender la distinction entre prix et performances artistiques, notamment la valeur accordée aux « instants de performance » (concerts, festivals) dans la construction des légitimités artistiques et de la carrière de musiciens au fil des processus et modalités de rationalisation de ses activités sociales. Dans le cadre de cette communication, nous nous appuierons sur le cas de Richard Galliano, musicien français.