Colloque : agir jazz [Paris]

Agir jazz
Geste créateur / Geste politique
Responsabilité scientifique : Sylvie Chalaye et Pierre Letessier

23 novembre 2017
9h : Accueil
9h15 : Conférence inaugurale
Quelques hypothèses sur les dimensions de l’agir jazz par Thomas Horeau (Université de Caen)Les enjeux politiques du geste jazz
Conférences
Du geste de travail au geste dansé par Christian Béthune (Université de Saint-Etienne)
Esthétiques politiques et politiques esthétiques du jazz : une pratique d’émancipation, penser le jazz avec Jacques Rancière par Valentin Fraix (Université de Montréal)
La syncope peut-elle être subversive ? par Joana Desplat-Roger (Université de Nanterre)
Impromptu jazz avec Hugues Tabar-Nouval
11h : Table ronde
Projet jazz / projet esthétique / projet politique
David Lescot (dramaturge et metteur en scène, musicien), Hugues Tabar-Nouval (compositeur) et Raphaëlle Tchamitchian (chercheuse, Sorbonne Nouvelle), animée par Pierre Letessier (Sorbonne Nouvelle)

14h : après-midi
Pour une poétique de l’action jazz
14h : Conférences
Session 1
Le geste jazz chez Boris Vian par Olivier Bourderionnet (University of New Orleans)
Le geste jazz de Senghor dans le poème « A New York » par Dorgelès Houessou (Université de Bouaké)
Session 2
Le geste jazz d’Alexandro Cicognini par Sylvie Dubois (Université de Nanterre)
Le geste jazz de Basquiat par Sylvie Chalaye (Sorbonne Nouvelle)
15h30 :
Canon jazz à trois voix avec Manon Worms (Université de Lyon) :
« Proposition pour rendre à Sarah Kane le swing qui lui revient »
16h30 : Table ronde
Qu’est-ce que « agir jazz » ?
avec Coline-Lee Toumson-Venite (Vibrations Caraïbes), Michel Dorbon (Label RogueArt),
Frèd Blanc (Sunday jazz loft) et Alexandre Pierrepont (The Bridge), animée par Sylvie Chalaye (Sorbonne Nouvelle)

24 novembre 2017
9h : Accueil
Les gestes politiques de l’histoire du jazz
Conférences
Session 1
« Dizzy for Président » : le jour où un jazzman noir a voulu faire de la Maison Blanche la « Blues House » par Jean-François Pitet
The jazzland of freedon : la double résistance du jazz sud-africain contre l’apartheid par Rosaria Ruffini (Université de Venise)
Session 2
Les Blacks Military Bands durant la première guerre mondiale : jazz, identité culturelle et revendication politique par Claus Walstein (Université de Nantes)
Attica Blues (1972) : la protest song selon Archie Shepp par Emmanuel Parent (Université Rennes 2)
11h : Bernard Lubat, « d’ici d’en bas »
Échange avec Bernard Lubat animé par Pierre Sauvanet (chercheur, Université Bordeaux Montaigne)
14 h : après-midi
Subversion jazz et détours politiques
Conférences
Les indignés de la jazz poetry : de la Renaissance de Harlem à la Beat Generation par Mathieu Perrot (Université de Columbia)
L’improvisation comme geste politique dans le Concert Party, théâtre populaire d’Afrique de l’Ouest par Aurélien Freitas (Sorbonne Nouvelle)
La récupération du jazz au sein du carnaval rennais Blodwenn Mauffret (Sorbonne Nouvelle)
Impromptu chanté avec Yasmine Modestine
15h : Table d’écoute
Django (le film) : analyse de l’expérience jazzistique au cinéma.
Expérience jazz au cinéma et action politique avec Mathieu Feryn (Université d’Avignon)
15h30
Interlude théâtral : hommage à Fela Kuti ou Kalakuta dream, une aventure politique
avec Henri Léonce Nlend, Charlotte Wassy et Djeuh Djoah
animé par Pénélope Dechaufour (Sorbonne Nouvelle)
16h30 : Table ronde
Jazz et résistance politique
avec Blade Mc/Ali M’Baye (musicien), Francis Marmande (chercheur et critique de jazz),
Raphaël Imbert (musicien et chercheur), Yasmine Modestine (artiste et chercheuse),
animée par Yannick Séité (Université Denis Diderot)
Final avec Raphaël Imbert et Blade Mc
18h : Cocktail de clôture

Responsable : Sylvie Chalaye et Pierre Letessier, Laboratoire SeFeA/ IRET Université Sorbonne Nouvelle
Site de référencehttps://esthetiquesjazz.tumblr.com