Les Allumés du Jazz interrogent la Toile [Médiapart]

Les Allumés du Jazz interrogent la Toile

Numéro 34 du Journal des Allumés du Jazz rempli d’illustrations originales de nombreux dessinateurs, photos de Guy Le Querrec et Sergine Laloux autour d’articles qui réfléchissent la musique et notre temps. Thématique sur les nouveaux usages. En prime une photo de Bernard et moi avec Dee Dee Bridgewater pendant l’enregistrement de la Prière de Sarajevo…
birge-dee-dee-bridgewater-vitet

Les Allumés du Jazz m’ont fait un beau cadeau en illustrant mon article sur le son et Internet avec une photo de Guy le Querrec que je n’avais jamais vue, prise au cours de l’enregistrement de la Prière de Sarajevo avec Dee Dee Bridgewater et Bernard Vitet (en écoute ici) pour l’album Sarajevo Suite dont j’assurais la direction artistique. Nous l’avions composée à partir d’un poème d’Abdullah Sidran et revenions de Londres où le Quatuor Balanescu avait, entre autres, assuré l’accompagnement.

En lisant le chapeau de ma participation à ce numéro 34 du Journal, Elsa ajoute qu’il constituerait un bon résumé de mes activités : « Jean-Jacques Birgé aime le temps, l’avance sur son temps et les découvertes des relations instantanées, recherches d’un quotidien idéal. Ce très actif pionnier, designer sonore, musicien polyglotte, passionné d’images, s’agite et agite depuis 1975 avec, ou contre vents et marées, tous les moyens de diffusion musicale. » (article à découvrir la semaine prochaine !)

Le dessinateur Zou a également illustré ces deux pages. Mais nous ne sommes heureusement pas seuls ! Luigi Critone a réalisé la couve, et Jeanne Puchol, Jazzi, Sylvie Fontaine, Johan de Moor, Pierre Ouin (récemment disparu), Thierry Alba, Julien Mariolle, Andy Singer, Gabriel Rebufello, Pic, Cattaneo, Nathalie Ferlut, Efix, Rocco, Faujour y sont également allés de leur plume, pinceau ou rotring, sans compter Le Querrec et Sergine Laloux pour les photographies.

allumes-du-jazz-34

Si Jean Rochard m’avait demandé un texte « sur mon rapport à l’internet en tant que musicien (rapport à l’œuvre enregistrée, possibilités et limites, différence avec le 78tours, le 33tours, le CD, la radio etc.), mais aussi comme utilisateur et amateur de musique », ce numéro offre quantité d’articles sur la musique confrontée aux nouvelles pratiques.

Albert Lory se moque des néologismes à la mode, Christophe Rocher chronique l’ouvrage d’Alexandre Pierrepont sur l’AACM de Chicago, Gontran de Mortegoutte (dont le vrai nom est une secret de polichinelle, sinon donnez votre langue au chat !) interroge les musiciens Rémi Charmasson, Bruno Tocanne, Noël Akchoté, Hasse Poulsen, Hélène Breschand, Matthew Shipp, Sylvia Versini, Jean Aussanaire, Denis Colin, Stephan Oliva, Thierry Balasse, Thomas de Pourquery, Sarah Murcia, Benoît Delbecq, Guilaume Séguron, rien que du beau monde, sur ce qui les motive à puiser dans le répertoire en cette époque de grande confusion. Mathieu Feryn aborde la question YouTube d’un point de vue très universitaire. François Cotinaud ouvre un champ œcuménique au soundpainting en rencontrant les praticiens Sylvain Kassap, Andy Emler, Serge Bertocchi, Serge Adam, François Rossé et Alain Grange. Jean Rochard s’entretient avec Guillaume Saint James sur son album Mégapolis et Anne Choquet sur son Foehn. Raymond Vurluz fait de même avec la clarinettiste Catherine Delaunay, puis Jacques Oger avec le trompettiste Louis Laurain. L’inénarrable Pablo Cueco livre ses visions humoristiques en brèves de comptoir tandis que Jean-Louis Wiart revient sur des définitions peu orthodoxes du jazz. Après la flopée de nouveautés discographiques distribuées en ligne par Les Allumés Patrice Soletti ferme le ban en commentant un cliché de Le Querrec. Toute l’équipe du Journal rend un dernier hommage à Valérie Crinière, cheville ouvrière et Jiminy le criquet de l’association, dont la disparition en février dernier est particulièrement cruelle.

Pour en savoir plus : https://blogs.mediapart.fr/jean-jacques-birge/blog/111215/les-allumes-du-jazz-interrogent-la-toile

Festival : les scènes jazz orchestrent la cote des territoires

Festival : les scènes jazz orchestrent la cote des territoires

¤ Avec plus de 458 festivals, le jazz est la deuxième musique la plus programmée en France. ¤ Un genre qui fait parfois renaître des territoires à l’abandon et participe à l’attractivité estivale des villes.

Ibrahim Maalouf à Nice, Norah Jones à Marseille, Avishai Cohen à Marciac, Ahmad Jamal à Vienne, la diva soul Ala.ni à la Défense… Entre clubs de jazz, cabarets, bars, concerts et grands festivals, les notes bleues s’infiltrent partout cet été. « Cette musique de création, libre, décomplexée, affranchie des codes du passé, à la fois cool et sophistiqué, colle merveilleusement à l’époque « , analyse Hugues Kieffer, directeur technique et coordinateur général de Marseille Jazz des cinq continents, qui fête cette année sa 17e édition. « Il imprime un souffle d’indépendance », renchérit le trompettiste, Eric Le Lann.

C’est un fait : les cinq plus grands festivals (Vienne, Marciac, Nice, Marseille, Coutances) devraient encore attirer cette saison près de 600.000 spectateurs. Et le nombre d’amateurs est encore plus important car les concerts regorgent partout en France : selon le dernier barofest de la Sacem, le jazz est le deuxième genre musical programmé après la musique électro. On comptait, l’an passé, 458 festivals de jazz, blues et musiques improvisées, représentant le quart de la programmation nationale. Malgré la perte d’une dizaine de petits événements, cette musique reste quand même la deuxième plus importante derrière la musique électro.

Pourquoi un tel engouement ? « Le jazz, plus que tout autre genre, a la capacité à rassembler tout public. D’autant plus que, en ce moment, le genre se régénère avec l’arrivée de nouveaux artistes, qui renouvellent l’héritage des anciens « , avance Mathieu Feryn, chercheur à l’université d’Avignon. Même les communes les plus reculées s’y mettent.

Retombées économiques

Depuis quinze ans dans le Bas-Rhin, les 633 habitants de La Petite-Pierre voient ainsi débarquer en été près de 17.000 festivaliers autour d’affiches de prestige (cette année Archie Shepp, Hiromi, Hugh Coltman…) et d’un festival off qui occupe pas moins de cinq scènes. Dans la Drôme, Le Poët-Laval, village de 976 habitants, rêve de lui emboîter le pas, avec cette année une quatrième édition qui a su séduire les doigts du pianiste cubain Omar Sosa, et ceux de Shai Maestro, une des plus belles révélations de ces dernières années.

Et les retombées économiques sont importantes. La réputation de Marciac a fait exploser la production du vignoble de Saint-Mont parrainé par les artistes. Il écoule 40 millions de cols chaque année, contre 20.000 lors de la création du festival en 1978.

A Vienne, les retombées atteignent 17 millions d’euros, selon une étude réalisée par Nova Consulting. Pendant les seize jours de concerts, les festivaliers dépensent en billetterie, bien sûr (2,6 millions d’euros), mais aussi en transports (4,2 millions), en restaurants (2,8 millions), en consommation dans les bars (1,7 million), en hébergement (1,4 million). « C’est un moteur pour le développement du territoire « , assure le maire de la ville, Thierry Kovacs.

Le jazz offre l’un des meilleurs retours sur investissement : 15 euros gagnés pour 1 euro investi dans le meilleur des cas, 3 à 4 pour 1 en moyenne. « L’équilibre est relativement aisé », analyse un spécialiste. A Marseille, par exemple, la jauge de 3.500 spectateurs du parc Longchamp peut générer 120.000 euros de recette par jour. La part de subventions ne dépasse donc pas la moitié du budget. « En termes d’attractivité et d’image, s’amuse Régis Guerbois, président du Marseille Jazz des cinq continents, ça n’est pas cher payé pour une bonne note. « 

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/07/07/2017/LesEchos/22482-094-ECH_festival—les-scenes-jazz-orchestrent-la-cote-des-territoires.htm#xGhFO7aPUov3Zxs5.99