Howard S. Becker, La Bonne focale.

Howard S. Becker, La Bonne focale. De l’utilité des cas particuliers en sciences sociales

Trad. de l’anglais par C. Merllié-Young, Paris, Éd. La Découverte, coll. Grands Repères, 2016, 268 pages

Mathieu Feryn

p. 541-543

Référence(s) :

Howard S. Becker, La Bonne focale. De l’utilité des cas particuliers en sciences sociales, trad. de l’anglais par C. Merllié-Young, Paris, Éd. La Découverte, coll. Grands Repères, 2016, 268 pages

 

Texte intégral

 

Comment peut-on comprendre de longs processus que nous observons sur le terrain dans le cadre des enquêtes menées en sciences humaines et sociales ? Rédigé par Howard S. Becker, l’ouvrage La Bonne focale. De l’utilité des cas particuliers en sciences sociales illustre la manière dont le sociologue de terrain investit sa recherche en étudiant des cas particuliers. Faisant le point sur sa méthodologie et son évolution depuis les trente dernières années ; d’une part, l’auteur met en relation ses travaux avec d’autres sociologies comme celle de l’expertise ou de la valeur et, d’autre part, il livre une série de conseils dans la continuité des Ficelles du métier (Howard S. Becker, trad. de l’anglais par J. Mailhos, Paris, Éd. La Découverte, 2002 [1988]). Partant du constat que chaque substance d’une situation agit sur la matière qui se déroule sous nos yeux, la comparaison des cas particuliers permet d’appuyer la thèse qu’une série d’événements produisent des effets sur l’événement que nous cherchons à comprendre (pp. 16-17).

En effet, l’ambition de l’auteur est de démontrer à son lectorat comment la comparaison de ces cas fait émerger une réflexion plus générale sur le fonctionnement de la société. En détaillant les observations réalisées, le chercheur précise comment les sources de changement agissent sur un processus établi sous nos yeux. Il incombe alors au chercheur de décrire ce qui circule et produit une discontinuité dans l’état pratique des choses (pp. 26-28).

Pour cela, il se réfère à Everett C. Hugues en rappelant qu’« à partir d’une petite observation, une grande hypothèse peut émerger » (p. 20). L’observation est donc un outil, elle constitue pour lui un rouage dans la recherche et rend compte de particularités. Ce qui est moins permis dans le cadre du travail sur les métadonnées dont pour lui le risque est la généralisation, gommant de facto les variations locales et les particularités des sous-effectifs représentés dans ces études (pp. 15-19). Selon Howard S. Becker, pour éviter cet écueil le chercheur doit contextualiser au regard de son terrain chaque concept qu’il utilise afin de produire du sens à destination de son lectorat (pp. 32-33).

Fort de ces catégories, le chercheur peut ensuite réaliser des comparaisons. C’est ainsi que procède l’auteur dans le développement de son ouvrage où prenant appui sur des cas transnationaux tels que l’analyse des pratiques administratives à l’université de Rio de Janeiro qu’il compare à l’analyse des pratiques administratives dans une laverie de quartier aux Etats-Unis, ou encore la manière dont se repèrent les citadins dans la ville de Paris et de Chicago. En détaillant et en contextualisant ces cas particuliers, l’auteur explique les différences agissant sur ces processus (celui d’obtenir un visa au Brésil et une aide sociale aux États-Unis avec le concours d’un expert ou de se localiser en France et aux États-Unis). Pour interpréter ces observations, il identifie les éléments de similarités entre les cas, construit ensuite les catégories et explique d’autres interactions agissant sur une même activité. Rappelant au passage que l’activité est fortement dépendante de l’organisation sociale et politique de la communauté où se déroule les faits. Néanmoins, la condition sine qua non de la comparaison réalisée par le chercheur se réalise par la connaissance fine du terrain afin d’éviter de rester sur des conventions largement partagée par les acteurs ou les institutions ; comprendre les sources du changement c’est donc analyser ce qui engendre un problème dans la pratique (pp. 43-55). Se référant à de multiples reprises aux enseignements de Everett Hugues et à sa complicité avec Erving Goffman, l’auteur témoigne au fil de l’eau de son apprentissage à leurs côtés.

Outre la description de sa méthodologie, Howard S. Becker rend compte d’une analyse réflexive sur sa recherche. Il revient sur ses travaux traitant des musiciens et des fumeurs de marijuana, par exemple. C’est donc à travers la comparaison du cas de l’expérience de la drogue et du cas de l’expérience de la médecine traitée par Eliot Freidson qu’il considère l’expertise. L’expertise est un savoir qui provient de l’expérience et de l’accumulation d’idées, de connaissances, de sensibilités que nous nous faisons de l’expérience d’un expert. Elle résulterait d’une négociation établie entre les publics et le cadre social où se déroule cette expérience. En somme, l’expert est un profane expérimenté et passionné par l’objet de son expertise (pp. 79-81). Constituant alors une source de valeurs qu’il traite assez largement dans Les Mondes de l’art (Howard S. Becker, trad. de l’anglais par J. Bouniort, Paris, Flammarion, 1988 [1982]), il va ensuite se référer aux travaux de Raymonde Moulin et Nathalie Heinich pour démontrer comment la question des valeurs a évolué dans le cadre des recherches en sciences sociales intégrant alors le cas d’objets ethnographiques, de l’art contemporain et de la photographie. Puis, il poursuit son développement autour de cas imaginaires lui permettant d’interroger la notion de réflexivité avec les enquêtés.

À cette fin, il propose d’appliquer les idées générales d’un cas particulier à une gamme de cas rentrant dans la définition de l’objet de recherche. Permettant au chercheur de comparer cette gamme aux travaux antérieurs produits par la communauté scientifique en accordant une part importante de la description des aspects propres à la situation observée. Les éléments invisibles sont désignés par l’auteur dans ce qu’il nomme la boîte noire et dont il convient de procéder à la description de l’ensemble des éléments pouvant sortir « output » ou entrer « input » dans cette boite (pp. 118-120). Au terme de ce processus méthodologique, il conclut sur la fin à donner à une recherche. S’il souligne que l’observation, les entretiens et la connaissance du terrain encadrent l’objet ; ils ne permettent pas d’après lui de terminer sa recherche.

Effectivement, la fin de la recherche intervient lorsque le chercheur acte son protocole auprès de ses pairs en évaluant le coût des menaces des outils méthodologiques (pp. 202-210). C’est-à-dire en mesurant les risques acceptables des outils utilisés compte tenu des questions et du protocole établis dans la recherche. Nous saisissons alors pourquoi le titre de l’ouvrage initial s’intitule What about Mozart ? What about murder ? publié en 2014 aux presses universitaires de Chicago.

D’une part, l’auteur propose aux universitaires des outils pour communiquer leurs résultats en favorisant leurs réceptions afin d’anticiper leurs éventuelles mises à mort. D’autre part, lorsqu’il cite Mozart, il fait référence à un échange avec un doyen au cours d’une communication publique. À partir de cas issus de sa carrière, il recommande aux lecteurs de mener un travail empirique en testant leurs résultats auprès de leurs pairs avant de les communiquer, tout en partageant des expériences au sein de cénacles académiques et de préparer une série d’arguments face à ce qu’il désigne comme des critiques émanant de chercheurs corporatistes. Puis, à défaut de citer Mozart, sociologie d’un génie de Norbert Elias (trad. de l’allemand par J. Etoré et B. Lortholary, Paris, Éd. Le Seuil, 1991) ; il propose d’analyser la réputation comme une série d’interactions agissant sur un objet instable et une série d’appréciations en évolution. Ainsi le processus qui jalonne cet ouvrage méthodologique témoigne-t-il que les travaux de l’auteur s’inscrivent dans la continuité de ses recherches sur le terrain et de ses derniers écrits. L’analyse de cas particuliers est efficace d’autant que la dimension transnationale est ambitieuse et cohérente. Sans mystifier le chercheur de terrain, de l’approche réflexive de sa propre trajectoire à l’étude de cas particuliers, il nourrit un travail in situ de longue haleine et permet d’analyser davantage les recherches en lien avec le vivant, son écosystème et la société. Il délivre ainsi un testament précieux et une série de conseils bienveillants.

 

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Feryn, « Howard S. Becker, La Bonne focale. De l’utilité des cas particuliers en sciences sociales », Questions de communication, 31 | 2017, 541-543.

Référence électronique

Mathieu Feryn, « Howard S. Becker, La Bonne focale. De l’utilité des cas particuliers en sciences sociales », Questions de communication [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 17 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/11353