KISMIF : DIY CULTURES, SPACES AND PLACES (Porto)

KISMIF : DIY CULTURES, SPACES AND PLACES.

17-22 July 2016

Cette conférence internationale est organisée par le KISMIF de l’Institut de sociologie, Faculté des Arts de l’Université de Porto.

The Keep It Simple, Make It Fast! (KISMIF) est un projet de recherche scientifique venant de sociologie et ayant comme objectif l’analyse des manifestations de punk au Portugal depuis ses origines jusqu’à nos jours (1977 à 2017).

KISMIF est pris en charge par la Fundação a ea Ciência Tecnologia (FCT) et se déroule à l’Institut de sociologie de la Faculté des arts de l’Université de Porto (IS | UP) dans le cadre d’un partenariat avec le Centre Griffith pour la recherche culturelle (GCCR) , l’Université de Lleida (UdL), le Centre d’études sociales de l’Université de Coimbra (CES), la faculté d’économie de l’Université de Coimbra (FEUC), la Faculté de Psychologie de l’Université de Porto (FPCE) et les bibliothèques municipales de Lisbonne (BLX).

L’approche du KISMIF est trans-disciplinaire (anthropologie, histoire, psychologie, communication, journalisme et sociologie) et traite de différents temps et d’espace dans une perspective synchronique et diachronique afin de dévoiler les rideaux qui cachent cet objet de recherche à peine visible et complexe .

L’approche privilégié du KISMIF est non seulement un dialogue entre la production et la réception punk avec la structure axiale de la culture urbaine portugaise, mais il a également l’intention de conceptualiser le phénomène de la musique à la fois comme un des plus anciens, universels et importants moyens de communication et un outil important pour l’identité et de définition de l’identité communautaire.

XXème congrès de la SFSIC : temps, temporalités.

XXème congrès de la SFSIC

XXème congrès de la SFSIC : temps, temporalités. Du 8 au 10 juin 2016

Dans son rapport au temps, le prix de toute évidence associe passé, présent, futur ; notre communication consiste à étudier comment il induit des dynamiques de changement que connaît le marché du jazz en France depuis le début des années deux mille. Notre terrain est constitué par les récompenses décernées dans le monde du jazz (prix, concours, distinctions des instances de consécration) comme outils de mémoire et de récits ; où, il s’agit d’interpréter les modalités de reconnaissance et de valorisation professionnelle du talent. En effet, c’est un domaine marqué par une forte incertitude et l’émergence de conceptions du jazz parfois radicalement opposées, mais permettant d’observer des processus de négociation et de classement (création de nouvelles taxinomies) liés à l’émergence de nouvelles catégories d’acteurs venant d’autres sphères artistiques (pop, world music, hip-hop, électro,…) qui impliquent que les pratiques des acteurs et les dispositifs mis en place évoluent (festivals, plates formes streaming, prix commémoratifs, hommages aux légendes, concerts, ouvrages…).

Paradoxalement, au moment où l’on invoque l’accélération des procédés de reconnaissance des jeunes musiciens de jazz français et l’accumulation à court terme de projets musicaux, on observe une multiplication des hommages aux anciennes stars du jazz dont on peut penser qu’ils sont des traces susceptibles d’être transmises ou interrogées. Notre travail aborde les processus de reconnaissance du jazz à différents instants de la vie de publics et de carrières de musiciens par le biais de la transmission culturelle et/ou mémorielle. Dans la suite de notre travail où nous avons cherché à savoir si la récompense professionnelle opérait une forme de « recommandation » sur les professionnels du spectacle, et notamment les programmateurs ; notre réflexion s’articule sur les moyens de tracer et d’identifier des programmations de lieux, où apparaît un corpus constitué de programmations d’artistes sur la même durée de référence que la base de données de prix (15 ans de l’an 2000 à 2014). Ce qui permet de confronter les deux corpus en travaillant sur une reconnaissance de syntagmes lexicaux afin de proposer une interprétation d’indicateurs nous aidant à établir un effet de recommandation (effet prescriptif) s’il y a (ou pas) sur le public et les intermédiaires de la création et, possiblement, sur la construction d’une réputation dans le temps. Effectivement, dans son rapport au temps, les acteurs s’attachent à être innovants, originaux et visibles auprès des publics. L’étude de la réception des récompenses décernées dans le jazz en France sur le marché de la musique permet de savoir comment ces récompenses sont traduites chez les musiciens et les publics en terme de capital « immatériel ».

C’est pourquoi, nous nous intéresserons à savoir comment et avec qui concourent collectivement la fabrique du musicien de jazz français au sein des espaces de diffusion et des instances de consécration dans un contexte où la numérisation des objets du passé (patrimoine numérisé) comme celle des activités sociales (traces numériques, données personnelles) agit sur les pratiques mémorielles, mais aussi la perception de l’avenir ? De manière concrète, notre réflexion consiste surtout à appréhender la distinction entre prix et performances artistiques, notamment la valeur accordée aux « instants de performance » (concerts, festivals) dans la construction des légitimités artistiques et de la carrière de musiciens au fil des processus et modalités de rationalisation de ses activités sociales. Dans le cadre de cette communication, nous nous appuierons sur le cas de Richard Galliano, musicien français.

 

Musique et attachement : lieux,scènes et territoires musicaux [Maison des Suds – Bordeaux]

musique

Depuis une décennie les travaux de géographes francophones sur la musique, mobilisant les avancées des recherches anglophones et des terrains européens et internationaux, ont démontré la pertinence de la « géomusique » à la fois comme champ à part entière de la géographie et comme épistémologie féconde dans le tournant culture de la géographie. Les UMR Passages (Bordeaux) et Pacte (Grenoble) proposent une journée scientifique qui aura lieu à Bordeaux le 16 septembre 2016 sous le titre : « Musique et attachement. Lieux, scènes et territoires musicaux ». Cette proposition s’inscrit dans un travail autour de l’espace mobile, imaginant une approche dialectique de l’attachement.

« Musique et attachement. Lieux, scènes et territoires musicaux »,
vendredi 16 septembre 2016 de 9h00 à 17h00, Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles, Pessac.