Apéros Doctoraux [France Culture Plus]

Campus All-Stars | Les apéros musicaux

Avec « Campus All-Stars », Radio Campus France vous invite à découvrir chaque semaine une nouvelle émission piochée sur la grille de l’une de nos 28 radios étudiantes !

Ce programme d’apéro doctoraux consiste à mettre à l’épreuve du grand oral des professionnels de la culture et des chercheurs de l’Université. Les spectateurs sont sollicités pour participer aux échanges autour de mini-jeux thématiques. A vos oreilles, prévoyez une bonne dose de doctorants, sortis spécialement des laboratoires. Animés par un binôme déjanté  : publics, chercheurs, éducateurs, diffuseurs, critiques, musiciens et une série de spécimens seront à vos cotés. Venez donc surfer aux « apéros doctoraux  » :
Apéros doctoraux #1 –   » La relation professeur-étudiant  : quelle liberté dans l’apprentissage de la musique  ?  »  
Mardi 29 mars – 17 h 00 à 19 h 00  à l’AJMi
Julien Tamisier  : responsable de la classe jazz du conservatoire et musicien professionnel
Elena Raevskikh : docteur en sociologie de la culture
Mathieu Feryn : doctorant en sciences de l’information et de la communication
Apéros doctoraux #2 –  » La musique est-elle le reflet de nos gouts ? « 
Mardi 26 avril – 17 h 00 à 19 h 00 à l’Université
Julie Deramond  : Maitre de conférences en Sciences de l’Information et de la Com.
Aurélien Pitavy : direction du festival Charlie Free de Vitrolles
Aurélien Gras  : doctorant en histoire contemporaine

Apéros doctoraux #3 –  » La place des médias dans la vie artistique  : quel(s) impact(s) ?  »   
Mardi 24 mai – 17 h 00 à 19 h 00 à l’AJMi
Stéphane Olivier  : journaliste à Jazzmag
Christophe Escoubet : Professeur Agrégé de musicologie
Stanislas Kluczynski  : doctorant en droit

 

Musicult, cultural studies (Istambul)

4TH INTERNATIONAL MUSIC AND CULTURAL STUDIES CONFERENCE

MAY 12-13, 2017

ISTANBUL

La conférence MUSICULT vise à faire le lien entre la musique et la culture. Les cultures artistiques sont interrogées à partir des racines très anciennes de la communication dont le son à l’état actuel seront particulièrement soulevés lors de la conférence. Au cours de la conférence et dans le contexte contemporain, des périodes et des moments de l’histoire de la musique seront appréhendés dans les toutes possibles significations, les formes et les genres seront ainsi portées à l’ordre du jour et les nouveaux domaines d’intérêt seront révélés dans cette perspective, elle sera examinée sur la base du principal point de focalisation « local contre global ».

La culture en général et ses effets sur la musique, la composition et les points tournants importants dans l’histoire de la musique a toujours été l’une des principales discussions des études musicales : institutions d’art, la situation économique du compositeur, la question des publics, le soutien financier pour la musique et la censure sont quelques-uns des principaux sous-thèmes de cette communication.

La relation cachée ou évidente entre la vie quotidienne, la culture et les œuvres artistiques qui peut être observé à différents cas. De la vie quotidienne à la mode, des nouvelles technologies, des systèmes de valeur, de l’économie à des questions philosophiques, l’activité du sujet artistique et le public peuvent ainsi être étudiés sous forme de couches en interaction constante. La question et les discussions sur d’être local ou / et global semble être en mesure de devenir une clé d’analyse et à multiples facettes de la musique dans le cadre de la culture. Nous tentons de les interroger dans cette communication.

Colloque franco-québécois

Essor de la vie culturelle au XXIe siècle : politiques, interventions et initiatives

The success of cultural life in the 21st century: policies, interventions and initiatives

*  *  *

RÉSUMÉ

Le paysage culturel, tant québécois que français, s’est beaucoup transformé au cours des dernières décennies. Intitulé Essor de la vie culturelle au XXIe siècle : politiques, interventions et initiatives, ce colloque franco-québécois est né de constats dressés au sujet des effets et des retombées générées par les politiques culturelles qui ont été adoptées depuis les vingt-cinq dernières années, tant en France qu’au Québec ; constats qui sont parfois contradictoires sur la portée de celles-ci et qui traduisent les tensions sociales, ainsi que des mutations socioculturelles, politiques, économiques qui traversent la société.

ANNONCE

Les 26, 27 et 28 avril 2016 aura lieu le colloque franco-québécois intitulé : Essor de la vie culturelle au 21e siècle : politiques, interventions et initiatives, à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Sous l’égide du Département d’études en loisir, culture et tourisme, de l’UQTR, de l’UMR Litt&Arts, de l’UFR Langage, lettres et arts du spectacle, information et communication (LLASIC), de l’Université de Grenoble Alpes et du Groupe de recherche sur la médiation culturelle (GRMC), affilié à Culture pour tous, cet appel à communications s’adresse aux chercheurs, experts des institutions et organismes publics nationaux et internationaux, professionnels des arts et de la culture et autorités gouvernementales (Ministère de la Culture et de la/des Communication(s); Ministère de l’Éducation, etc.).

Argumentaire

Le paysage culturel, tant québécois que français, s’est beaucoup transformé au cours des dernières décennies. Intitulé Essor de la vie culturelle au 21e siècle : politiques, interventions et initiatives, ce colloque franco-québécois 2016 est né de constats dressés au sujet des effets et des retombées générées par les politiques culturelles qui ont été adoptées depuis les 25 dernières années, tant en France qu’au Québec; constats qui sont parfois contradictoires sur la portée de celles-ci et qui traduisent les tensions sociales, ainsi que des mutations socioculturelles, politiques, économiques qui traversent la société.

Cet état des lieux vise à susciter des réflexions et des débats pouvant conduire à des choix stratégiques ou des orientations, voire pouvant soutenir l’élaboration de recommandations s’adressant aux décideurs publics, dans la foulée des projets de refonte et de mise à jour de politiques publiques en culture aux niveaux national, régional ou local.

Sur cette toile de fond, bien des questions se dessinent. Les décideurs ont-ils toujours besoin d’adopter de telles politiques? Qu’attendons-nous d’elles? Quelles sont les responsabilités des différents paliers de gouvernement face aux artistes, aux acteurs institutionnels et aux initiatives culturelles citoyennes qui foisonnent en ce début de 21esiècle, dans un contexte où nombre de sociétés occidentales connaissent un vieillissement de leur population? Autant de questions qui alimentent le débat sur les enjeux socio-politiques sous-jacents aux actions et aux politiques publiques en culture, à mettre en œuvre en ce début de millénaire.

Le colloque Essor de la vie culturelle au 21e siècle : politiques, interventions et initiatives entend contribuer à dresser un bilan franco-québécois des formes qu’a pris l’essor de la vie culturelle, en proposant trois (3) journées de réflexion et d’échanges autour de problématiques regroupées en trois (3) axes thématiques :

  • politiques publiques en culture : prendre la mesure de la vie culturelle à l’intérieur/hors du secteur culturel;
  • interventions à la faveur de la culture : relier l’offre culturelle et les publics;
  • initiatives culturelles citoyennes : favoriser l’inclusion et la participation / soutenir la diversité des expressions culturelles.

Les propositions de communication pourront s’intégrer à l’un ou l’autre des trois (3) axes thématiques, mais ne s’y limiteront pas.

1. Politiques publiques en culture au 21e siècle : prendre la mesure de la vie culturelle

L’idée d’organiser un tel colloque a germée dans le creuset des nombreuses études portant sur l’obsolescence des politiques culturelles héritées de Malraux, magnifiant les œuvres produites par les créateurs formés aux beaux-arts, isolant un secteur artistico-culturel de la vie sociale, économique et politique, et entièrement tournées vers la démocratisation de la culture, légitimée par une élite dont les pouvoirs publics se font le relais. Ce colloque entend également faire le point sur les études portant sur le temps libre, là où la culture se fait le miroir des pratiques, telles que mesurées par les statistiques, dans plusieurs domaines et sur plusieurs sujets : l’état des lieux de la culture, de l’accès, de la participation, voire de la fréquentation des organismes, lieux, événements et institutions culturelles de la société (musées, bibliothèques, services d’archives, théâtres, écoles, etc.).

Deux questions principales guident cet axe thématique :

a) Que savons-nous au sujet de l’état de la transmission culturelle, à l’ère où les innovations l’emportent sur les traditions, en contexte de populations vieillissantes?

  • évolution des pratiques culturelles amateurs;
  • déclin des pratiques classiques et du temps libre;
  • pratiques culturelles intergénérationnelles;
  • poids des Baby-Boomers dans la demande culturelle;
  • croissance fulgurante d’Internet et des autres technologies favorisant la massification des pratiques culturelles numériques;
  • essor de l’art numérique;
  • etc.

b) De quelle(s) action(s) et politique(s) publique(s) avons-nous besoin pour stimuler la vie culturelle?

  • mesures de la vie culturelle et leurs limites;
  • portrait social, économique et démographique de la culture;
  • système d’infrastructures et d’équipements culturels collectifs
  • décentralisation de l’activité culturelle en région;
  • actions culturelles municipales et locales;
  • etc.

Dans cet axe thématique, des communications sont souhaitées à partir d’exemples en France et au Québec, de politiques publiques en culture (sectorielles, gouvernementales ou locales) à la faveur des arts, du temps libre ou des usagers.

2. Interventions culturelles au 21e siècle : relier l’offre culturelle aux publics

De nos jours, il existe de nombreux modes d’intervention pour relier l’offre culturelle aux publics : la médiation issue de l’art, de l’éducation et du travail social, mais aussi les actions et les interventions culturelles institutionnelles et professionnelles, qu’elles soient notamment menées dans les écoles, les organismes communautaires ou les municipalités. Le développement de ces modes d’intervention s’est fortement accru au cours des dernières décennies et a donné lieu à des pratiques innovantes, telles que celles d’artistes revendiquant une plus grande dimension éducative au sein de leur pratique artistique.

Deux questions principales guident cet axe thématique :

a) Que savons-nous des interventions visant à relier l’offre culturelle aux publics?

  • origine de l’intervention culturelle, sa dynamisation et ses fragilités;
  • typologie et caractéristiques des modes d’intervention;
  • enjeux de la médiation culturelle dans divers domaines : éducation, arts, littérature, danse, théâtre, etc.;
  • moyens et stratégies d’intervention : animation, interprétation, médiation;
  • etc.

b) Quelles sont les approches, stratégies et méthodes d’intervention privilégiées par les artistes professionnels dans le système d’intervention culturelle?

  • transformation des modes d’intervention professionnelle;
  • enjeux de l’intervention professionnelle dans les milieux institutionnels;
  • artistes et pratiques artistiques professionnelles;
  • sens de l’intervention en lien avec des enjeux démocratiques;
  • etc.

Dans cet axe thématique, des communications sont souhaitées à partir d’exemples de la France et du Québec, de modes d’interventions professionnelles à l’intérieur et à l’extérieur du champ culturel.

3. Initiatives culturelles citoyennes au 21e siècle : favoriser l’inclusion et la participation / soutenir la diversité des expressions culturelles

À l’action culturelle publique répond un ensemble d’initiatives culturelles citoyennes favorisant la prise en charge des modalités de pratiques culturelles. Si ces modalités font écho à un désengagement de l’État en matière de culture, il est également question de réels lieux de réappropriation, voire de détournement culturel par des communautés. De même, un processus similaire se déploie dans les régions éloignées des centres urbains, où la prise en charge du secteur de la culture par les acteurs locaux est souvent une nécessité. À cela, un bouquet de mesures visant l’inclusion sociale et la contribution culturelle de groupes marginalisés, qu’ils soient issus de communautés ethnoculturelles ou de quartiers sensibles, par exemple, montrent des résultats ténus.

Deux questions principales guident cet axe thématique :

a) Quel est l’incidence sur la vie culturelle de l’essor des initiatives culturelles citoyennes?

  • état des initiatives culturelles citoyennes et des pratiques participatives;
  • non-publics et exclus ou empêchés de la culture;
  • démocratisation et démocratie des pratiques culturelles citoyennes;
  • nouveaux territoires de l’art et de la culture;
  • etc.

b) Quelle est l’apport des membres des communautés ethnoculturelles à l’essor de la vie culturelle?

  • contribution des communautés ethnoculturelles à la culture;
  • absence des allophones dans la sphère culturelle publique;
  • intégration et reconnaissance de l’expérience des artistes immigrants à la culture;
  • etc.

Dans cet axe thématique, des communications sont souhaitées à partir d’exemples de la France et du Québec, d’études sur l’état de l’inclusion et de la participation citoyenne, de mesures de l’intégration des membres des communautés ethnoculturelles à la vie culturelle, du soutien à la diversité des expressions culturelles.

Autant de pistes de réflexion et d’échanges qu’offrent ces trois (3) axes thématiques, qui seront développées par le biais des questionnements exposés dans cet appel à communication. Les communications scientifiques ayant une approche comparative entre la France et le Québec seront privilégiées, sans s’y limiter.

Références

Benhamou, F. (2015). Politique culturelle, fin de partie ou nouvelle saison? Paris : La Documentation française.

Bordeaux, M.-C. et Caillet, É. (2013). La médiation culturelle : pratiques et enjeux théoriques. Culture & Musées. Hors série « La muséologie : 20 ans de recherche », 139-163.

Kerlan, A. (2010). L’art pour éduquer : réhabilitation de l’ordinaire ou exception esthétique? Dans F. E. Boucher, S. David et J. Przychodzen (sous la dir. de), L’esthétique du beau ordinaire dans une  perspective transdisciplinaire. Ni du gouffre ni du ciel. Paris : L’Harmattan.

Lafortune, J-M. (sous la dir. de). (2012). La médiation culturelle. Le sens des mots et l’essence des pratiques. Sainte-Foy : PUQ.

Liot, F. (2014). Comment (re)penser la relation du public à l’œuvre d’art?  Dans Gillet, J.-C. (sous la dir. de), L’animation en France et ses analogies à l’étranger. Théories et pratiques – état de la recherche. Paris : L’Harmattan, 69-76.

Octobre, S. (sous la dir. de). (2014). Questions de genre, questions de culture. Département des études de la prospective et des statistiques. Paris : Ministère de la Culture et de la Communication.

Pronovost, G. (2015). Que faisons-nous de notre temps ? Sainte-Foy : PUQ.

Pruneau, J. (2015). Il est temps de dire les chose. Essai. Diversité / arts / culture. Montréal : Nord-Sud.

Roberge, J. (2012). De la critique culturelle dans la société civile globale. La part des mouvements sociaux, des médiacultures et des crises humanitaires. Sociologie et sociétés41(1), 61‐78.

Saint-Pierre, D. (2012). Les politiques culturelles et leur gestion publique. Dans P. P. Tremblay (sous la dir. de), L’administration contemporaine de l’état. Une perspective canadienne et québécoise, 257-280.

Ateliers

Des ateliers, sous la responsabilités d’animateur(trice)s ayant témoigné d’une note d’intention, sont prévus. Ceux-ci visent à permettre aux participant(e)s de mener collectivement un travail de réflexion à partir de leur expertise, expérience professionnelle ou point de vue qu’ils(elles) seront amené(e)s à partager. Sans s’y limiter, ceux-ci devront se rapporter aux sujets suivants :

  1. Le sens actuel de l’action culturelle publique : finalités-rôles-ressources;
  2. Enjeux de l’intervention militante dans les réseaux associatifs;
  3. Valorisation du talent venu d’ailleurs par la redéfinition de l’excellence artistique.

Modalités de soumission

Toutes les propositions de communication (titre et résumé de 600 mots) et les notes d’intention pour les ateliers (150 mots) doivent être soumises à Maryse.Paquin@UQTR.ca

Comité scientifique

  • Françoise Benhamou, UParis13
  • Yves Bergeron, UQAM
  • Marie-Christine Bordeaux, Ugrenoble Alpes
  • Brigitte Ferrato-Combe, Ugrenoble Alpes
  • Nada Guzin Lukic, UQO
  • Alain Kerlan, ULyon2
  • Jacques Lemieux, ULaval
  • Françoise Liot, UdeBordeaux Montaigne
  • Jason Luckerhoff, UQTR
  • François Mairesse, UParis 3
  • Sylvie Octobre, CNRS
  • Jonathan Roberge, INRS-UCS
  • Diane Saint-Pierre, INRS-UCS
  • COMITÉ ORGANISATEUR
  • Yves Citton, Ugrenoble Alpes
  • Jean-Marie Lafortune, UQAM
  • Myriam Lemonchois, UdeM
  • Martin Lussier, UQAM
  • Maryse Paquin, UQTR
  • COMITÉ CONSULTATIF
  • Gilles Pronovost, UQTR
  • Michel De-la-Durantaye, UQTR
  • Rosaire Garon, UQTR
  • Serge Bernier, UQTR