ENTRETIEN PIERRE VILLERET

Directeur artistique de l’Association pour le Jazz et la Musique Improvisée à Avignon

15 OCTOBRE 2012

Entretien avec Pierre Villeret au sujet de son rapport au jazz. Pierre Villeret a exercé le métier d’admnistrateur de production, il dirige l’Association pour le Jazz et la Musique Improvisée (AJMi) à Avignon. Entre autre, il a géré les tournées du groupe Das Kapital et participé aux activités de Vents d’Est à Reims et au Centre Info Jazz à Paris.

2296649

Pierre Villeret vous dirigez la dimension artistique d’un club de jazz à Avignon autour de la création et la production artistique locale et internationale. Ces fonctions s’inscrivent dans la continuité de votre parcours professionnel dans le domaine du jazz. S’il présente un point de vue engagé sur cette question, il résulte aussi d’une activité de diffuseur et de publics chevronnés sur plusieurs années. L’idée de cet entretien réalisée le 15 octobre 2012 pour votre premier lancement de saison à l’AJMi a pour vocation à s’intéresser au développement de votre pratique active en tant que public(s) et acteur(s) du jazz hezagonal.

Pour commencer, quand et comment avez-vous eu un intérêt pour l’écoute du jazz ?

Si tu veux avant d’être directeur artistique, je suis un passionné de jazz. Je découvre cette musique à 15 ans. Je ne peux pas te citer la date mais je peux très bien de resituer le contexte. J’ai ensuite découvert un métier, organiser des concerts, il y a eu tout un cheminement. C’est la passion, le gout pour cette musique. C’était avec la musique, mais c’est un musicien en particulier qui m’a surpris. J’étais en vacances chez mon grand oncle. Il avait 80 ans et il m’apprenait à jouer aux échecs, c’était un peu laborieux comme on peut l’imaginer. Puis, d’un seul coup, il m’a dit on va écouter Django Reinhardt. Il met le disque, ça crache, à 15 ça sonne comme une musique de vieux. Puis, viens Minor Swing et là, il y a tout ce que j’aimais dans la musique.

C’était du jazz européen, surtout, j’avais déjà entendu Louis Armstrong ou Miles Davis ; mais là, ça semblait évident. Mais, pour caricaturer, Louis Armstrong, je l’identifiais aux années 30, à Harlem, mais ça ne me parlait pas. En revanche, la collaboration entre Mike Stern et Miles Davis. Je comprenais à peu près, ça me faisait penser à du rock fin à peu près, de très loin quand même. Et là ce son, ce swing, cette improvisation m’a permit de retrouver des choses, tu vas alors voir beaucoup de musiciens, de concerts liés à cette musique. A l’époque, il y avait beaucoup de concerts swing, le festival Gypsy Swing. Dès que tu mets le doigt dedans, après tu tires les fils.

Comment vous employez-vous à tirer les fils dans le cadre d’une histoire de 100 ans à l’A.J.M.I. ?

L’Ajmi est une association qui a 34 ans d’existence, créée par un groupe d’amis dont Jean Paul Ricard (président actuel) a été un membre pilier qui s’est structurée au fur et à mesure. Maintenant et depuis quelques années, la salle est labellisé SMAC. Un label décerné par l’Etat, une scène de musiques actuelles ; à l’Ajmi, il y a une partie résidence de création, formation professionnelle. C’est toujours la même problématique, il s’agit de s’intégrer à un cadre. En l’occurrence, l’Ajmi est très connu dans notre domaine d’activité, c’est un des 5 clubs importants en France, structurés, repérés donc effectivement, je la connaissais. C’est vrai, il faut s’intégrer à une histoire, à l’équipe, aux publics. Il est toujours question de s’intégrer à une histoire autour d’Avignon Jazz et Musiques Improvisées. C’est le sens de la programmation, des concerts qui ont lieu à l’Ajmi et des partenariats. On prévoit ainsi des concerts chez des vignerons, des actions en milieu rural. On a pour projet une tournée chez des producteurs agricoles, c’est aussi une relation qu’on essaye d’instaurer.

On a un partenariat très important avec la classe jazz du conservatoire d’Avignon. Donc on intervient sur l’enseignement professionnel, il y a différents modules d’enseignement, tels que le module technique qui se déroule à l’Ajmi ; c’est à dire, on cherche à savoir de quoi à besoin un musicien quand il vient jouer dans une salle. De même, comment on parle à un ingé sons lorsque nous sommes en studio. Il y a une formation administrative, les musiciens sont amenés à se professionnaliser très vite, ils ont besoin de l’environnement juridique.

A travers vos différentes expériences d’acteurs, pouvez-vous retracer les différentes étapes du processus qui vous a amené à dynamiser vos actions à destination des publics ?

Cette musique est la création du XXème siècle mais elle est sous médiatisée. Et si tu n’as pas la famille pour te mettre le pied à l’étrier, faut aller sur France Musique ou France Inter. A l’Université, on travaille avec le musicien Bernard Jean qui anime ses ateliers auprès des étudiants de l’Université. Pour des étudiants éloignés, sans instruments, c’est un contact avec cette musique. Il part de ce que les étudiants ont envie de jouer pour les emmener vers autres choses. On a envie que les résidences de création puisse être développer. Cette musique on va l’a découvrir sur un disque, c’est bien mais elle se vit. Tu perds le sens si tu en restes là. Il faut aller la découvrir sur scène.

Le club a des publics fidèles qui sont là depuis 30 ans. Les jams cessions, les bœufs croisent les musiciens. Il y a un esprit très convivial avec le bar qui tourne. Un public étudiant qu’on espère voir aussi lors des concerts, chacun apporte son instrument et partage un moment de convivialité. L’intérêt pour le public est de venir pour écouter les copains qui jouent. Notre salle est disposée en largeur, la scène aussi ; ce qui fait que la proximité physique est plus présente, on a une intimité avec les musiciens. Le bar est sur le coté. Le bar ne tourne qu’avant et après le concert alors que dans les jams, c’est plus ouvert, le bar tourne tout le temps.

On cherche à ne pas oublier les racines du jazz, la structuration du jazz remonte au début du XXème siècle. Des musiciens qui jouaient entre eux, le jazz en un siècle a évolué autant que les dix siècles précédents. A partir de projets actuels, on parle aussi de choses très différentes. Effectivement, à l’Ajmi, on tient compte de ce qui se fait maintenant et on se réfère à des choses plus anciennes. Le jazz est lié à la même histoire, il s’agit d’ouvrir à toutes les esthétiques du jazz.

Entretien de Pierre Villeret par Mathieu Feryn le 15 octobre. Texte retranscrit et retravaillé à partir de l’enregistrement.