Prise de vue

Afin d’entrevoir une spécificité des pratiques d’écoute du jazz sur YouTube [i], il nous paraît important de connaitre quelles sont les pratiques culturelles des français au sein d’un environnement plus élargi ; et, en particulier leurs pratiques musicales. Depuis les années 1970, l’enquête sur les pratiques culturelles du ministère de la Culture et de la Communication s’intéresse à l’étude du comportement des Français dans le domaine de la culture et des médias. Au regard des résultats de 2008, l’enquête évoque les mutations induites par le développement de la culture numérique et d’Internet. Ainsi, plus de 50 % des ménages français sont équipés d’une connexion à haut débit et plus d’un tiers d’entre eux utilisent Internet chaque jour à des fins personnelles. Dans ce contexte et à travers les études en cours, on peut se demander comment la hausse de l’écoute de la musique en ligne accompagne la fréquentation des clubs ou des festivals ? Quels sont impacts économiques de YouTube sur l’économie du jazz et quelle place occupe t’il dans la société ?

Capture d’écran 2015-12-12 à 14.08.59

YouTube, prescripteur numérique

Ainsi, au cours de sa publication en 2012, l’équipe du laboratoire Marsouin (Université de Rennes) a conclu, que l’écoute de musique en streaming a un effet prescriptif sur la vente de musique sur Internet et sur la fréquentation des salles de concert. YouTube et Dailymotion, ou encore, Spotify et Deezer sont à la fois le lieu de la critique et l’espace médiatique en dehors des circuits habituels et conventionnels, particulièrement à destination des 15-25 ans. Ils présentent une forme d’alternatives aux espaces établis, une opportunité pour les publics de découverte, un espace d’échanges et de partage de contenus (références historiques, perspectives festivalières, correspondance musicologiques, …). Ces publics ne sont pas nécessairement des experts, ils tendent à développer leurs expertises et sont affranchis de contraintes symboliques. Pour les artistes et les groupes, ces plateformes [ii] présentent la possibilité de faire découvrir leur musique, de s’exposer à la critique (dans les commentaires) et d’accroître leur influence médiatique (lecteur exportable, bouton de partage sur les réseaux sociaux) dans une perspective vivante; les attentes des musiciens de jazz étant très largement liés à la présence sur scène. Comme le précise cette équipe de chercheurs rennais dans sa publication, « le streaming apparait ainsi comme un nouveau mode de prescription musicale pour l’achat de musique numérique sur le modèle de la radio et de la TV pour l’achat de musique physique ».

Ainsi, Youtube, créé en 2005 accompagne le développement d’Internet et des pratiques numériques dans les ménages. Pour les 15-25 ans, il offre une floraison de contenus libres et infinis qui sont noyés dans les flux d’informations mondialisés ; c’est pourquoi, YouTube se constitue comme média qui donne la possibilité aux usagers de consulter des contenus à la fois « mainstream » et à « l’avant garde ». Pour cela, les utilisateurs vont filtrer les contenus en l’absence de prescripteurs institutionnels. Mais, ce média numérique dénombre près de 300 heures de contenus déposés chaque minute ; alors, nous pouvons nous demander comment s’élabore la valeur à la mise en perspective des différents contenus.

Les échanges et les débats sur la plateforme numérique constituent une forme de filtres sociaux où chacun va plus ou moins exercer un avis sur le choix des musiques partagées. Dès lors, au gré des échanges, les prescripteurs de goût constituent une forme de médiateurs entre les artistes et les publics ; où, sur la base de vidéos et des relations qui naissent, les contenus et les acteurs associés évoluent. Les publics vont développer leurs attachements, lorsqu’un consommateur s’intéresse à un musicien, un certain nombre de vidéos associées vont alors apparaître sur la base d’algorithmes. Et là, on peut se demander quels sont les choix qui arbitrent à la prescription d’une vidéo à une autre ? Comment YouTube établit le lien entre les différentes vidéos et comment fait-il le lien avec la recherche initiale des usagers ?

Si la prescription sur YouTube inclut les commentaires des internautes, le partage de liens, le like et bien d’autres dispositifs, le principal prescripteur est l’algorithme de recommandation [iii]. Les choix implémentés sur ces plateformes se concentrent sur l’efficacité de la recommandation pour être au plus près du clic de l’internaute. Qu’en est-il alors de l’impact de ces outils (ou plutôt, des choix éditoriaux qui y sont inscrits) sur les individus, les communautés d’intérêts (cercles d’amateurs) et sur les sociétés ? Comme le suggère Dominique Cardon dans son dernier ouvrage « A quoi rêvent les algorithmes ? », la logique qui préside la recommandation algorithmique comme elle se répand aujourd’hui, est celle de l’exclusion de contenus (filtrage) afin de ne présenter que les contenus les plus « pertinents ». Cette approche construit des « bulles » qui enferment l’individu dans une aire (esthétique, idéologique, sociale, politique, etc.) C’est de ce point de vue qu’il faut interroger les choix algorithmiques qui sont implémentés sur ces plateformes. Doit-on continuer à penser l’organisation de l’offre uniquement sur l’attachement à une « labellisation » d’un genre, d’un courant, d’une couleur ou d’une famille artistique ? Les identités culturelles deviennent plurielles et fluides. Il convient d’interroger la logique de catalogue qui préside dans l’économie du disque et de s’intéresser à une logique de flux et de circulation des œuvres, des artistes, des courants et des individus « entre » ces entités esthétiques. Ce qui demande de repenser l’offre artistique comme parcours expérientiels et constitution d’identités plurielles. C’est ce que peuvent permettre les dispositifs du web et les algorithmes de recommandation qui leurs sont attachés. Aujourd’hui l’algorithme de YouTube se partage entre une logique d’audience et une logique de similitude qui ne fait qu’enfoncer les portes de nos certitudes esthétiques et se faire l’écho des goûts les plus partagés. Ceci n’est pas la seule alternative, c’est ici que se dessine l’économie des expériences esthétiques. Ainsi, de nouvelles expériences, mais aussi de nouveaux publics accompagnent ces évolutions. Le consommateur développe son érudition dans des secteurs très éclectiques. Alors que l’idée très largement répandue faisait apparaître jusqu’au début des années 2000 une forme de segmentations entre les amateurs de télévision, de théâtre ou encore de cinéma ; on constate (avec le numérique) que les audiences sont partagées, hétérogènes ; le succès des séries touchent une partie importante de la population française et l’image de l’internaute, adolescent enfermé dans sa chambre nuit et jour ne correspond pas au profil.

On ne peut plus, en 2015, segmenter les pratiques culturelles des prescripteurs culturels. Le modèle ancien des productions, c’est à dire du producteur vers le consommateur perd du terrain. Avec le développement des industries numériques, les œuvres sont participatives. Les publics deviennent des acteurs de leurs expériences ; comme le précise au cours du conférence à la Belle de Mai, le sociologue Frédéric Gimello-Mesplomb « La participation des usagers est de plus en plus demandée pour faire évoluer les contenus. On assiste à une prise en compte de plus en plus prégnante de « l’expertise du profane » ». Cette forme d’expérience pour les publics génère dans son domaine, des centres d’intérêts et une audience participative qui évoluent en fonction des attentes, plus ou moins croisée avec les expériences discographiques ou de concerts.

 YouTube, format alternatif du vivant

Malgré le regain pour le vinyle et le maintien des ventes de disque (Ventes de CD audio jazz/blues : 2,9 millions en 2012) dans le domaine du jazz, les effets de YouTube sur l’industrie du disque sont difficilement concomitants. Le disque de jazz est un cas à part dans l’industrie du disque ; il est à la fois l’emblème du patrimoine et la préface de l’histoire en train de s’écrire. Ainsi, l’achat des disques ne bénéficie pas de l’intérêt pour la musique en ligne. Les utilisateurs préfèrent au numérique sa capacité à être nomade, à être transportés sur les baladeurs, les smartphones ou sur les ordinateurs. A la différence du disque, le consommateur peut décider du titre, des titres, du disque, des pistes qu’il veut écouter et constituer ainsi sa propre bibliothèque, son propre panthéon. C’est une opportunité non négligeable vis à vis du disque, commercialisé en un format, unique ; et, de fait, il prend plus de place, donc difficilement transportable. Les deux pratiques se croisent et même parfois elles suscitent des vocations, bien vivantes !

En effet, YouTube élabore l’expérience du concert, du live avec une série de vidéos d’archives ou de retransmissions (directes ou différés). La plateforme numérique donne à voir la liberté du jeu, les interactions, les expressions des corps comme implicitement présentes et immortalisés, écrites dans le disque. Il faut y lire à nouveau une alternative au format conventionnel où l’improvisation à toute sa place ; le média donne à voir et à entendre ce que d’autres tel que Charlie Parker ont pu « relevés » de leurs ainés dans les disques ou les émissions radios. Il s’agit donc de supports qui permettent de travailler, de reprendre les notes, ou s’inspirer de versions plus contemporaines qui elles n’auront pas forcément bénéficier d’une production discographique. Selon Jean Paul Ricard, fondateur de l’AJMI à Avignon, « les musiciens de jazz ont parcouru au cours des quinze dernières années, une histoire que le jazz a écrit en plus de 100 ans ».

C’est pourquoi, dans l’ouvrage « le Sacre de l’amateur », le sociologue Patrice Flichy démontre que dans les usages qui sont faits de YouTube, il y a une évolution des pratiques, elles participent à une forme d’innovation où les individus se repositionnent ; ils ne sont ni des novices, ni des professionnels, mais de brillants amateurs. Dans le rapport à la musique et à l’industrie, le média YouTube implique que de nouveaux acteurs travaillent les circuits de diffusion et de promotion de la musique, en complément de ceux existants. Ces innovations techniques et d’usages fabriquent de nouveaux rapports aux œuvres, elles travaillent les procédés actuels et la définition que chacun peut avoir de l’art. Egalement, ces changements s’accompagnent du développement des accès aux œuvres par la gratuité, disponibles à tout moment ; ayant pour principaux impacts, le développement de l’amateurisme et de l’autoproduction. Le disque comme YouTube se constituent comme média, média entre l’œuvre, l’artiste et les publics ; ils donnent à entendre, à voir et conduit au vivant ; y compris au jazz ? 

YouTube, influence modérée sur les concerts

Dans leur enquête, l’équipe de Rennes a également relevé le rôle des plateformes streaming telles que YouTube et le lien avec les pratiques de concerts. Leur enquête démontre qu’elles ont une influence sur les artistes et groupes reconnus ; visibles dans les différents médias institutionnelles (la radio et la télévision). Les artistes émergents ou associés aux genres « de niche », comme la musique classique ou le jazz ne bénéficient pas de cette opportunité. « L’effet positif du streaming uniquement sur les concerts des artistes  » star  » et non sur la musique classique et les artistes locaux confirme qu' » accès  » et  » visibilité  » sont deux choses différentes et que la simple mise à disposition des contenus de niche sur ces plateformes ne suffit pas à changer« .

Incontestablement, le développement des technologies numériques a intensifié la transformation de l’industrie musicale, et a procédé à de profondes évolutions des pratiques culturelles liées à ce secteur. Ce changement technique n’est pas le seul facteur de l’évolution des usages et des pratiques, il a cependant un rôle déterminant dans les représentations des différents acteurs de la filière (artistes, maisons de disques, labels et nouveaux acteurs). Dans son séminaire « les artistes en régime numérique » le sociologue Pierre-Michel Menger démontre que « L’essor des technologies de numérisation des œuvres a une quadruple conséquence :

  • faciliter considérablement la diffusion des biens, en les dématérialisant ;
  • élargir l’accès à une quantité potentiellement infinie d’œuvres du monde entier ;
  • crédibiliser des scénarios de gratuité de l’accès aux biens culturels ;
  • transformer la notion même d’œuvre, dès lors que la numérisation et l’interactivité des flux d’échanges en réseau permettent de s’approprier les contenus numérisés, de les décomposer en unités élémentaires, et de les soumettre à des procédures de transformation sans limites (par manipulation, hybridation, recomposition, ré-élaboration, etc.) ».

Effectivement, nous constatons que la dématérialisation de l’œuvre et le fétichisme de l’objet physique perd petit à petit du terrain mais il ne constitue pas une entrave au développement des clubs ou des festivals. L’accès à un nombre quasi illimité de corpus d’œuvres musicales influence les pratiques de consommations traditionnelles mais dès lors que les publics s’expertisent, le concert prend une place plus importante dans leurs pratiques. Les différentes personnes interrogées dans le cadre de nos recherches arrivent d’elles-mêmes au constat que l’accès libre aux enregistrements anciens fait gagner jusqu’à 10 ans et que chacun d’eux ou leurs proches peuvent développer un goût, une expertise. Alors qu’avant l’arrivée d’Internet, l’échange se faisait par le disque ou les vinyles il se fait désormais quasiment instantanément et est conservé dans une bibliothèque sur les ordinateurs des usagers et encourage les pratiques de sorties.

YouTube, économie de la gratuité

L’autre tendance induite est celle du téléchargement, la vidéo a une influence modérée ; les usagers privilégient le son sur YouTube et de nombreux convertisseurs sur Internet proposent de télécharger les fichiers sources (mis en ligne, sur YouTube) pour les convertir en fichier son. Cette conversion ne nuit pas pour autant à l’économique numérique qui tire ses bénéfices de la publicité. Les travaux universitaires qui sont menés sur ces questions tendent à démontrer qu’il n’y a pas d’opposition entre la culture gratuite, numérique et traditionnelle. En témoigne, le succès des liseuses, le succès des concerts dans les festivals d’été; le téléchargement est un effet d’entrainement dont profitent la sphère culturelle. Considérer l’écoute du jazz, c’est considérer l’écoute dans son ensemble : par le disque, la bande originale de films, l’accompagnement au théâtre, le bœuf, le concert ou tout autres formes musicales. C’est en quelque toute activité musicale directe ou indirecte qui fait concourir des musiciens, de la musique et des publics. Dans ce contexte, l’internaute se place au service de la culture. C’est également le constat d’André Jaunay – vice-président de Financement participatif France – lors de la conférence à la belle de Mai, il voit le consommateur numérique en un nouveau producteur de culture. YouTube génère dans la production de contenus jusque dans le modèle économique qu’il défend la révélation d’une tendance globale : le refus des usagers de laisser la décision à des experts, des prescripteurs moraux. C’est un des nouveaux enjeux de l’économie de la culture numérique. A l’aune des restructurations territoriales, l’économie numérique présente un enjeu fiscal et questionne de manière certaine sur la gestion des aides aux projets culturels, de la redistribution des droits aux artistes. En effet, l’industrie musicale se renouvelle, l’opposition traditionnelle de l’art et de l’industrie est travaillée ; les usagers contemporains de la culture participent donc à l’émergence de nouveaux acteurs de la distribution et rejoigne une vision utopiste des individus constitués en réseaux, développant leurs créativités et accédant directement aux œuvres qui les intéressent, sans avoir plus besoin d’intermédiaires. Pour ainsi dire, cette représentation sociale établit les individus dans leurs orientations omnivores, place la diversité de leurs pratiques au cœur de leurs usages, et participe à la construction d’une utopie créative, collective sous jacente à l’expression artistique, plurielle des artistes en développement et confirmés à condition de mettre en œuvre des outils de recommandation adaptés.

Mathieu FERYN

[i] YouTube est une société à responsabilité limitée qui appartient au moteur de recherche Google. Ce site web héberge des vidéos et propose aux utilisateurs d’envoyer, regarder et partager ces vidéos gratuitement sur Internet.

[ii] La plateforme numérique a la particularité d’évoluer en fonction de son environnement (appareil, technique, usages, …). Elle est à la fois le lieu de regroupement des contenus particuliers et collectifs et du fractionnement des produits proposés par une entreprise numérique : ce, en vue du rassemblement par les utilisateurs et la mise en relations des éléments connectés à cette plateforme.

[iii] Un algorithme de recommandation permet de proposer des contenus (vidéos, par exemple) « adaptés » à l’internaute et ses attentes en fonction d’un profil constitué de ses traces de navigation.