ENTRETIEN AVEC JEAN PAUL RICARD

Président de l’Association pour le Jazz et la Musique Improvisée à Avignon

20 JANVIER 2014

Entretien avec Jean Paul Ricard au sujet de son rapport au jazz. Jean Paul Ricard a exercé le métier de psychologue, il préside l’Association pour le Jazz et la Musique Improvisée (AJMi) à Avignon, dont il est le co-fondateur du club et l’ex-directeur. Entre autre, il a participé à la fondation de la Fédération des Scènes de Jazz (FSJ) et aux activités de l’Orchestre National de Jazz (ONJ) tout en menant des activités de journaliste à Radio France et de conférencier.

hqdefault-2

Jean Paul Ricard vous réalisez de nombreuses conférences à Avignon autour de musiciens ou de courants de l’histoire du jazz. Ces conférences interpellent les publics sur leurs propres rapports à l’évolution de leurs gouts musicaux. Si elles présentent un point de vue engagé sur cette question, elles résultent aussi d’une activité de programmateurs et de publics chevronnés déroulée sur plusieurs années. L’idée de cet entretien réalisée le 20 janvier 2014 avant la deuxième partie de saison de l’AJMi a pour vocation à s’intéresser au développement de votre pratique active en tant que public(s) du jazz.

Pour commencer, quand et comment avez-vous assisté à votre premier concert de jazz en tant que public, à l’entendre en concert ?

C’est une histoire de famille, c’est un choc, un coup du sort heureux. Gamin, je passais mes vacances sur la Cote d’Azur. J’avais une cousine qui sortait et m’amenait à Juan Les Pins. A 14 ans, j’ai ainsi débarqué dans les pinèdes de Juan. Je dois dire que le premier concert auquel j’ai assisté m’a sidéré. A l’époque, je n’écoutais que ce qui passait sur les ondes. Pas du tout du jazz, ce n’était pas l’écoute de la famille. J’ai découvert un concert de Dizzy Gillespie, depuis j’ai écouté beaucoup de chansons et de la musique classique moderne (Debussy, Ravel). A 15 ans, j’ai écouté de la soul, du rock, j’étais un grand fan des chaussettes noires, des chats sauvages, de ces groupes là. Mais c’est le jazz qui a pris le pas. Je n’ai pas d’abord songé aux valeurs de cette musique ; fin, plus exactement, pas tout de suite. C’est plus tard, lorsque j’ai exercé comme psychologue, je me suis questionné et à un moment, j’ai compris pourquoi cette musique me fascinait. Cette musique a réglé beaucoup de choses.

A travers cette expérience du live, pouvez-vous retracer les différentes étapes du processus qui vous a amené depuis la pratique « amateur » de l’adolescence à s’engager ensuite dans cette musique notamment en terme d’implications professionnelles ?

Selon moi, le live est fondamental. C’est un conseil que je donne aux gens, n’achetez pas de disques, allez écouter des musiciens en live, vous achèterez les disques ensuite. Le jazz live permet de ressentir des choses. Le jazz a conservé ces valeurs sociales et raciales originaires des Etats-Unis, elles restent fortes et présentes. Même pour les jeunes musiciens français et européen, elles correspondent à des valeurs, c’est par essence, une musique libertaire. S’exprimer dans cette musique c’est être attaché à des valeurs pour s’exprimer et surtout s’exprimer en toute liberté. Il m’est arrivé de recevoir des groupes en résidence de leur dire que l’orchestre de jazz est le plus bel exemple de démocratie. C’est un orchestre, qui privilégie l’aventure collective et laisse la place à l’individu pour s’exprimer.

Lorsque j’ai découvert Dizzy Gillespie et son coudéon, je dois dire que ça surpris et les joues qui gonflent, c’était extraordinaire avec une force impressionnante. Historiquement, le premier festival de jazz était celui de Cannes 1948. Celui de Juan les Pins était le premier et pendant longtemps c’était le seul. Puis Nice, Château Vallon et puis les festivals c’est développé, la Cote d’ Azur étant un lieu privilégié des congés payés. Donc, il y avait une dimension économique associé à ces festivals. Aussi, les musiciens qui ont fait carrière à Paris sont nés autour de Toulon, Marseille, Nice. Ils y en avaient un peu partout, tout l’hiver se passait à Paris, l’été c’était les dates dans le Sud et puis il y avait des dates dans la variété pour gagner leurs vies. Dans les années 50, à coté des accompagnements des grandes chanteur-s-e-s, c’était le jazz en fond, on pouvait retrouver les musiciens en question.

Quand on a l’opportunité de venir à Juan Les Pins, c’est plus agréable dans un cadre très agréable, bien installé, l’environnement est beau. La scène tourne le dos à la mer et les bateaux. Avec les cigales et les pinèdes, à Juan Les Pins, c’est effectivement un magnifique écrin. Lorsqu’Ella Fitzgerald se produisait, c’était magnifique. L’amphithéâtre de Château Vallon, c’était plus limite niveau confort mais avec la Rade de Toulon en fond de scène. C’est un festival important car dans les années 70, il y a beaucoup de choses qui se passent dans le jazz (jazz rock, free jazz). Avec l’arrivée de Weather Report, on voit plus la mer, il y a une muraille d’ampli, les musiciens cachent le décor.

Malgré la présence de la foule, j’intériorise beaucoup et je partage beaucoup dans ses festivals. J’ai rencontré mes principaux amis à cette occasion. Parce qu’entre deux groupes on a discuté, on a mangé ensemble le lendemain, on a échangé des noms de musiciens que l’on ne connaissait pas. Cette dimension est très importante. Le point fondamentale du jazz c’est l’écoute, j’écoutais mes patients comme j’écoute la musique, se laisser aller, ne pas avoir des préjugés et laisser le musicien nous prendre la main, nous raconter son histoire. Je n’ai jamais condamné un groupe parce que je n’avais pas aimé sa prestation. Il m’est arrivé d’aller réentendre le groupe à une autre occasion et d’avoir une réaction différente. Il y a des choses que je n’aime pas et d’autres apprécient, il faut être tolérant avec les autres.

A travers ce parcours de spectateur(s), quelles sont les valeurs qui ont le plus contribués à vous engager comme acteurs du jazz en France ?

Le jazz est par essence une musique qui fait bouger, l’intériorisation est très importante mais c’est un mouvement interne ; c’est la même dimension. Tout le monde a le droit à l’intelligence et faire un effort pour comprendre les choses. On a tendance à amener les gens vers des secteurs faciles. Il faut faire un minimum d’effort pour le comprendre. C’est sur il y a des évolutions, des complexités, les musiciens d’aujourd’hui sont techniquement plus compétents que ceux de Nouvelle Orléans, ça n’enlève en lien de leurs expressions. En revanche, les répertoires et le sens que les musiciens donnent à leurs musiques ne sont pas liés à un hasard, une forme d’engagement. La mondialisation a fait apparaître 3 majors qui se partagent le marché de la musique. L’innovation est dans les labels indépendants. L’autre problématique est qu’elles souffrent d’un manque de médiatisation. Les radios et la presse généraliste zappent l’actualité du jazz.

Désormais, on va se livrer à l’exercice du portrait chinois. Répondez le plus spontanément aux questions posées. Si vous avez / êtes …

Un jazzman ? Art Pepper

Un rêve futur ? Continuer de pouvoir écouter du jazz

Un métier à part dans le jazz ? Psychologue 

Un album du moment ? Les Modernes Jazz Disciple

Un artiste actuel ? René Roze

Une femme ? Pianiste de jazz

Un souvenir ? Miles Davis Quintet

Le jazz en un mot ? Liberté

Une destination ? Les Etats Unis

Un disque ou vinyle ? Vinyle

Un live ? Art Pepper

Entretien de Jean Paul Ricard par Mathieu Feryn le 20 janvier.  Texte retranscrit et retravaillé à partir de l’enregistrement.