ENTRETIEN IBRAHIM MAALOUF

3 Victoires de la Musique du monde (2005-2010-2014) avec Amadou et Mariam, Salif Keita et son album Illusions

Coup de Coeur TSF Jazz en 2011 avec son album Diagnostic

2 Victoires du Jazz (2010-2014) pour la révélation et l’album de l’année

Grand Prix de la SACEM en 2014

César pour la meilleure musique originale de film en 2015

09 OCTOBRE 2015

Entretien avec Ibrahim Maalouf au sujet de son rapport au jazz. Ibrahim Maalouf est né à Beyrouth (Liban) où il a appris la trompette avec son père avant d’étudier au Conservatoire  National et Supérieur de Paris. Remarqué par ses collaborations avec Amadou et Mariam, Matthieu Chédid, Vincent Delerm, Arthur H, Sting, Salik Keita, Oxmo Puccino, David Linx, Vincent Ségal, il est l’un des artistes les plus plébiscités dans les festivals jazz dans les années 2010.

Deutsches_Jazzfestival_2013_-_HR_BigBand_-_Ibrahim_Maalouf_-_07

Ibrahim Maalouf  vous avez développé une discographie dans le jazz moderne. Ces projets vous les avez auto produits avec des influences arabes, pop, rock, électro, à une certaine hybridation. L’idée de cet entretien réalisée le 08 octobre 2015 au cours de la présentation de votre disque qui rend hommage à la chanteuse Oum Kalthoum a pour vocation à s’intéresser au développement de votre carrière et votre rapport à la musique et au jazz.

Pour commencer, pouvez-vous revenir sur les origines de votre découverte et de la représentation que vous avez de la chanteuse Oum Kalthoum ? 

Cela dépend si l’on parle de la musique ou d’autres choses, si l’on s’intéresse à la musique, c’est peut-être la voix que j’ai le plus entendu depuis que je suis né. Mes parents nous mettaient du Oum Kalthoum pour dormir, mon père en est un grand amoureux. C’est beaucoup elle qui m’inspire lorsque j’improvise. Au delà de la musique, il faut savoir que cette chanteuse a été un personnage emblématique pour les arabes, c’est une femme qui a été très féministe, indépendante qui a su soulevé toutes les cultures arabes.Il faut savoir qu’il y a une diversité de cultures dans le monde arabe. Il y a des arabes très différents d’un pays à l’autre, de religions et de cultures différentes. Elle représente l’unique fois où le peuple arabe était unis derrière une personne. Tout ça derrière un texte très engagé lié à la poésie, à l’amour, c’est un personnage incontournable de la culture arabe. C’est pour moi important de représenter là où je viens et de porter ce message sans véhiculer les clichés des arabes.

Au regard de l’actualité, j’ai tellement de choses à dire à ce sujet, et pourtant est-ce vraiment à moi de le porter ? Je suis juste un musicien, j’ai de la chance car il se passe des trucs sympas, mon nom circule, mais je suis comme n’importe quel être humain, j’ai un avis sur la question. Mon avis n’est pas nécessaire, pas utile, encore moins indispensable. Je pense effectivement que c’est la musique qui devient un message indispensable pour le métissage et la rencontre, elle devient un vecteur de prescription pour l’avenir, plus on s’en sert dans le bon sens, plus le message passe. Lorsque des musiciens noirs, blancs, juifs, musulmans ou pas, jouent ensemble, ça prend. En se fichant totalement des histoires d’identités, on se retrouve dans l’amour autour d’une musique, c’est le message que j’ai envie d’envoyer.

Dans le procédé que vous décrivez, on entend une forme d’engagement. Un engagement qui a supposé de faire dialoguer les musiques arabes avec des musiciens new yorkais, avez-vous hybrider votre propos ?

Frank Woeste qui est d’origine allemande a réalisée la transcription avec moi, il a baigné dedans alors cela a probablement influencé le processus au cours des deux années de travail. Pour les américains, c’était une nouveauté, à l’exception de Mark Turner qui est un grand fan d’Oum Kalthoum, c’est une grande chance qui soit là avec nous. On a travaillé les gammes, il a travaillé des sonorités qu’il n’avait pas encore eu l’occasion d’explorer, ça été une belle aventure pour le groupe. Je crois qu’ils se sont appuyés sur l’essence de leurs jeux au service d’une musique qui n’est pas à l’origine américaine et qui fait partie de leurs répertoires populaires. Ainsi, par exemple, derrière cette attitude terne, le jeu de Mark est représentatif de ce qui l’ai à l’intérieur, c’est très osé, très spontané bien que ce soit contenu. C’est très respectueux de la demande initiale et en même temps, il a sa part de liberté. C’est une musique d’aujourd’hui avec des sonorités jazz, mais si elle ne peut pas être cataloguer entièrement jazz, on l’a joue en 2015. C’est pour moi, un honneur incroyable de collaborer avec des artistes comme ça.

Comment ce travail collégial s’inscrit dans votre carrière, avez-vous cherché à inscrire cette collaboration dans la durée ?

J’ai toujours aimé que mes histoires ne soient pas du one shot, j’ai toujours construit les choses sur le long terme pour concevoir une cohérence. Dans 10-20 ans, je n’ai pas envie de me dire que j’ai papillonné dans tous les sens, au contraire, j’ai envie d’entrevoir un fil conducteur en lien avec mon parcours, construire quelque chose proche d’une famille. C’est une chose à laquelle je suis sensible, lorsque j’ai rencontré les musiciens au moment de Wind, nous avions déjà évoqué cela. Dans le jazz, chacun fait son truc en fonction des dispos et puis, on a fait une tournée de près de 100 concerts. A la fin de la tournée, il devait se dire, c’est finit, mais lorsque je leur ai annoncé que je souhaitais faire un deuxième projet avec eux, ils ont compris que c’était du sérieux, basé sur le rapport humain, du rapport dans la durée. Ce n’est plus des gens qui sont là pour les cachets, ce sont des gens qui sont là pour participer à une expérience collective.

Entretien de Ibrahim Maalouf par Mathieu Feryn le 10 octobre 2015. Texte retranscrit et retravaillé à partir de l’enregistrement.