ENTRETIEN AVEC HASSE POULSEN

Titulaire des étoiles Culture Jazz 2011 de Denis Giard avec Confitcts and Conclusions (Das Kapital)

19 NOVEMBRE 2015

Entretien avec Hasse Poulsen au sujet de son rapport au jazz. Hasse Poulsen est né à Copenhague où il a étudié la musique à l’Académie royale danoise de musique avant d’étudier au Berklee College of Music à Boston. Marqué par le rock, la musique contemporaine, le free jazz, son instrument de prédilection est la guitare, qu’il associe à sa voix, comme instrument autour du chant et d’effets vocaux électroniques. Il est membre de nombreuses formations, sa collaboration la plus fameuse est celle du trio allemand Das Kapital avec Daniel Erdmann et Edward Perraud depuis 2002.

 Hasse_Poulsen_01

Hasse Poulsen, vous avez réalisé de nombreuses collaborations musicales (Joëlle Léandre, Louis Sclavis, Hélène Labarrière, Friis Nielsen, Lotte Anker, etc.) et développé une discographie dans le jazz contemporain. Ces projets font appel à des influences rock, free, pop, à une certaine hybridation. L’idée de cet entretien réalisée le 19 novembre 2015 au cours de la sortie de votre dernier disque The Langston Hugues Project a pour vocation à s’intéresser au développement de votre carrière et parler des représentations du jazz.

Pour commencer, pouvez-vous revenir sur les origines de votre vos influences musicales et comment elle continue aujourd’hui à influencer votre musique ?

En réalité, j’essaye toujours de mélanger plein de choses différentes dans le projet, ça va des styles de musiques aux musiciens. Il y a du blues, du jazz, du gospel, beaucoup de free, des éléments de rock et de jazz contemporain voire de variétés sur certains morceaux. Il y a certains trucs qui m’intéressent dans la musique comme la présence du musicien, de faire quelque chose qui le caractérise. Le morceau qui est joué ne doit pas sonner comme le morceau d’avant. Lorsque l’on travaille dans la musique ou le jazz contemporain, on travaille sur la tonalité sans rythmique ; plus précisément, sans tempo, sans harmonies. J’ai trouvé que c’est une manière de différencier un répertoire, des éléments stylistiques. Chaque musicien a sa manière de s’attaquer à la musique. Si, je joue un blues en mineur, j’ai toujours derrière la possibilité de poétiser, d’insérer des tonalités ou intégrer un tas d’autres choses. Avec ce groupe, ce quartet où il y a une chanteuse américaine (Debbie Cameron), un bassiste néerlandais (Luc Ex), le batteur anglais (Mark Sanders) et moi, je viens du Danemark mais qui vit à Paris (guitare, chant). C’est aussi des gens qui viennent d’horizons très différents. Luc, il a grandi dans le rock alternatif, punk où c’était une erreur de ne pas connaître la théorie de la musique, de connaître chaque note sur l’instrument et il jouait dans un groupe de rock « The Ex ». Moi, je viens du conservatoire de Copenhague, de la première année qui a été ouvert pour le jazz et le rock, c’était déjà très différent. Debbie vient du jazz, du gosple, elle en a fait beaucoup ; elle a participé dans les années 80 à l’Eurovision, là où elle vit depuis des années. Elle a des tubes au Danemark. Mark Sanders est un des piliers, si ce n’est le pilier du style « improvisé à l’anglaise », une musique « Ah bou tchac tchac », c’est le batteur de ce style. En mélangeant ces gens là, j’espère qu’on rencontre ses personnalités, j’emmène quelque chose qui en premier lieu ressemble à n’importe quelle chanson et Luc va jouer quelque chose imprévisible et tout à coup ça prend une autre direction et chacun fait son truc. Debbie chante et elle est la plus solidaire par rapport au projet d’ensemble. C’est d’avantages un travail avec les musiciens. Avec le bassiste et le batteur ont avaient joués dans des quartets avec des chanteurs ou chanteuses avec qui Luc a énormément joué. Je suis très habitué à cela, c’était très amusant de les amener vers de la musique écrite (chansons, poèmes). C’était plus long de trouver la bonne chanteuse.

Dans le parcours que vous décrivez, on entrevoit une forme d’engagement. Un engagement qui passe par l’œuvre de Langston Hugues, comment avez-vous travaillé le texte ? Est-ce le texte ou l’esprit du poète que vous avez souhaité représenté ?

Langston Hugues, je ne le connaissais pas, il y a trois ans. J’ai fais un projet avec Das Kapital, une création pour le festival les Détours de Babel. Le thème de ce festival était la démocratie, on a essayé de faire des chansons autour de la démocratie, il y en a pas beaucoup ; sur la guerre, il y en a des milliers.

La démocratie, central pour la vie humaine, ne semble pas avoir inspiré les poètes. Mais, il y avait ce poème de Langston Hugues qui nous a interpellé, notamment :

Democracy will not come

Today, this year

Nor ever

Through compromise and fear.

I have as much right

As the other fellow has

To stand

On my two feet

And own the land.

I tire so of hearing people say,

Let things take their course.

Tomorrow is another day.

I do not need my freedom when I’m dead.

I cannot live on tomorrow’s bread.

Freedom

Is a strong seed

Planted

In a great need.

I live here, too.

I want freedom

Just as you.

Il y a une bataille colossale aujourd’hui qui rappelle les grandes batailles du XXème siècle entre les riches et les pauvres. C’est en train de s’installer aujourd’hui et j’aime bien cette phrase dans le poème : « j’habite ici, je veux ma liberté, exactement comme toi ». Ca me parle énormément, lorsque j’entendais la musique de John Coltrane et toute cette tradition, le discours de Martin Luther King. On peut dire quelque chose c’est revendicatif, en même temps beau et poétique, ethnique qui est très lié au jazz. Quand j’ai vu par hasard ce poème sur Internet, je me suis renseigné, j’ai acheté une collection de poèmes et le projet a démarré ainsi. Je ne suis pas le seul à l’avoir fait, à avoir été séduit par ces poèmes. C’est un grand poète aux Etats-Unis, c’est un contemporain de Duke Ellington, c’est à dire, né au XXème siècle et mort au milieu, fin des années 60.

Lorsque je lis les poèmes, j’essaie de m’imaginer une musique dessus. Ce qui m’intéresse dans la musique avec les poèmes, c’est la série de techniques. Dans le rap, par exemple, c’est une manière, il y a une couche rythmique, une sorte de groove qui tourne et on colle le texte dessus, plus ou moins en relation avec la rythmique et on peut faire ça de manière abstraite comme ça, il n’y a pas de liens. Mais, ce qui m’intéresse, ce sont les textes de chanson comme Paul Simon, ce qu’il a écrit, c’est juste formidable ; ce que j’aime énormément chez lui, c’est qu’il ne ment pas, il ne cherche pas à se placer ailleurs où il est. Chaque étape de sa vie est retranscrite dans ses chansons, maintenant c’est vieux. Il ne vient pas du ghetto donc il n’essaie pas de créer de l’abstrait, c’est un intellectuel juif new yorkais et c’est ce qui l’inspire.

Je trouve que pour ma musique, c’est important d’être honnête avec cette matière première. Je viens du Danemark, ma mère est anglaise ; la première langue que j’ai appris à écrire était l’anglais au Kenya, j’ai fais des études aux Etats-Unis et même si je vis en France, je garde mon accent. Par contre, j’ai appris le français il y a 20 ans, y compris lorsque je parle danois, j’ai un accent. C’est un rythme, une certaine manière de s’exprimer, il faut l’utiliser. Pour revenir à la chanson, j’essaie d’entendre cette mélodie, de faire une mélodie naturelle qui sonne comme si le texte était fait pour. Le texte appelait à ça, je n’ai pas eu à chercher plus de cinq minutes.

Dans le jeu et dans cette implication, comment le situez-vous de manière introspective au regard de vos précédentes collaborations et votre discographie ?

Il y a d’abord l’aspect purement musical où je viens du jazz, une certaine scène du jazz où j’évolue en tant que guitariste. Mais, l’année dernière, j’ai sorti un disque où je chante ; là, c’est tout de même moins improvisé, c’est plus arrangé. Ce qui m’intéresse c’est de mélanger la liberté de l’improvisation avec la chanson ; non pas pour faire quelque chose de classique, mais de faire un truc de maintenant qui mélange tout ce qui est actuel. Seulement entendre des mots ce n’est pas simplement les lire, une chanson c’est plus une ambiance, une précision dans le choix des notes. Il faut savoir comment placer les notes dans la gorge. Avec les gens qui sont libres sur le plateau, il faut marier ces deux univers. C’est un conflit !

J’aime cela, qui d’un coté peut devenir négatif, incontrôlable ; mais, d’un autre coté, ça peut être créatif, le conflit confronte, emmène vers quelque de plus libre. Sur le plan politique et esthétique, j’ai trouvé que les revendications des années 20 me parlaient beaucoup, l’idée des années 60 aussi, où la défense d’un meilleur monde est possible était centrale. Je regrette cette idée de ce qui est régressif, aujourd’hui, au niveau de la société. La société n’a plus de rêves, les riches deviennent tellement riches qu’ils ne savent pas comment utiliser toutes leurs richesses et en même temps, il y a des gens qui travaillent à plein temps et qui ne trouvent pas de lieux pour se loger. Dans ces années là 20-30-40, les gens avaient beaucoup d’idées, personnes n’étaient d’accord, les grands mouvements me parlent énormément. Il n’y a rien de plus beau que le « I have a dream » de Martin Luther King. Un monde meilleur est possible, c’est très important de dire ça aujourd’hui. Il ne faut pas se défendre contre tout ce qui est là, les gens fuient la pauvreté et ils cherchent à donner une meilleure éducation pour leurs enfants, un peu de travail, d’argent, de couverture sociale, toute sorte de choses de ce genre. Il ne faut pas être surpris, il faut semer les graines pour cela.

Entretien de Hasse Poulsen par Mathieu Feryn le 19 novembre. Texte retranscrit et retravaillé à partir de l’enregistrement.