ENTRETIEN EMILE PARISIEN

5 fois titulaires des étoiles Culture Jazz 2006-2012

2 Coups de Coeur TSF Jazz 2013 (Frissons) – 2014 (Duo d’enfer)

2 Victoires du Jazz en 2009 (Révélation) – 2014 (Artiste de l’année)

2 Prix à l’Académie du Jazz 2012 (Prix Django Reinhardt) – 2014 (Disque de l’année)

13 MARS 2015

Entretien avec Emile Parisien au sujet de son rapport au jazz. Emile Parisien est né à Cahors où il a étudié au Collège de jazz de Marciac avant d’étudier au Conservatoire de Toulouse la musique contemporaine et la musique classique. Marqué par le Hector Berlioz, Igor Stravinski, Arnold Schönberg, Richard Wagner, John Coltrane ou Wayne Shorter; ses nombreuses collaborations sont marquées avec des formules inédites avec Michel Portal, Vincent Peirani, Jacky Terrasson, Yaron Herman, Joachim Kühn, Stéphane Kerecki, Daniel Humair, qui lui confèrent un statut particulier parmi le paysage du jazz hexagonal. 

Deutsches_Jazzfestival_2015_-_Duo_Belle_Epoque_-_Émile_Parisien_-_03

Emile Parisien vous avez développé une discographie dans le jazz contemporain et le jazz moderne. Ces projets font appel à des influences classique, free, pop, à une certaine hybridation. L’idée de cet entretien réalisée le 13 mars 2015 au cours de la présentation de votre disque Spezial Snack a pour vocation à s’intéresser au développement de votre carrière.

Pour commencer, pouvez-vous revenir sur les origines de vos récentes formations où le quartet est sur-représenté dans votre discographie ? 

Effectivement, disons que le quartet est assez propre au jazz, avec, à la base souvent pour le saxophone une rythmique traditionnelle (piano-contrebasse-batterie) et précisément, c’est en train d’évoluer. Ce, notamment dans le cadre de la collaboration avec Vincent Peirani et la présentation de notre duo; même si c’est vrai que Vincent vient de sortir son disque en quintet. Je dirais que ces formations traditionnelles sont propres au jazz avec batterie-basse-instument harmonique. Je m’inscris donc dans cette culture et dans les rapports que les gens ont avec cette musique. Après, comme vous dites, je reste ouvert à plein de formules, je compte les explorer avec le temps.

Dans le procédé que vous décrivez, on entrevoit une forme d’engagement dans la représentation du jazz. Une représentation qui aujourd’hui est remise en cause par les musiciens de votre génération et la situation socio-économique.  Comment travaillez-vous la représentation du saxophone sur les scènes du jazz français ?

La question de l’équilibre est très importante pour moi, je n’ai pas envie de me considérer comme un soliste à part entière. Justement, j’intègre cet instrument dans la rythmique de la formation concernée, c’est le cas pour le projet que nous présentons ce soir. Comme avec Vincent c’est un jeu d’équilibre, ma position peut être à la fois de sideman ou de  participer à génération du son pour produire un univers sonore ou de faire un solo. L’idée étant de sortir du cadre de la représentation du saxophone et du virtuose, la vision strict du jazz. Je fais du saxophone alors je cherche à me positionner en le détournant, en explorant l’instrument. Je ne cherche pas à être un innovateur, je suis influencé par ce que j’écoute. En fait, j’essaye d’intégrer mon instrument à mon propre univers socio-musical. La musique que nous jouons se positionne au centre de toutes les influences du siècle dernier et celui qui vient. C’est assez naturel de me positionner comme un saxophoniste de 2015 par rapport à ce que j’entends aujourd’hui.

Compte tenu de l’actualité et pour les musiciens de notre génération, les lieux qui nous accueillent aujourd’hui sont très importants dans la mesure où il participe à la diffusion de cette musique. On joue dans différentes salles de capacité allant de 40 à 4 000 personnes, tout est important. J’aurais même tendance à dire que je me sens plus proche dans des lieux comme l’AJMi où on est proche de notre public, où on le peut sentir, où il y a de la vie. C’est la taille idéale pour partager avec une audience pour défendre cette musique, je le fais avec toute ma disponibilité, j’ai de la chance en ce moment, c’est une bonne période. J’ai conscience que ce n’est pas acquis, je ne sens pas vraiment de difficultés, mais je suis lucide, on est beaucoup d’amis et je sais que la situation est très tendue. On ne vient pas jouer pour de l’argent, on vient pour partager des choses avec les gens, c’est le plus important pour nous.

Entretien de Emile Parisien par Mathieu Feryn le 13 mars. Texte retranscrit et retravaillé à partir de l’enregistrement.