ENTRETIEN AVEC ANTOINE HERVE

Prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz en 1985

Directeur de l’Orchestre National de Jazz (ONJ) de 1987 à 1989

Titulaire des étoiles Culture Jazz 2012 d’Armel Bloch avec PMT QuarKtet

23 JUILLET 2013

Entretien avec Antoine Hervé au sujet de son rapport au jazz. Antoine Hervé est né à Paris où il a étudié la musique au Conservatoire National Supérieur de Musique au piano, à l’orchestration et à la composition. Marqué par la musique classique, l’électro acoustique, son instrument de prédilection est le piano, qu’il associe à sa voix, lors de concert commentés rappelant l’historique et les techniques utilisées par les plus grands jazzmen.

 maxresdefault-2

Antoine Hervé, vous avez réalisé de nombreuses collaborations musicales (Andy Emler, Jean François Zygel, ONJ,), rencontré Gil Evans et Quincy Jones et développé un projet de sensibilisation au jazz. Ce projet fait appel à des musiciens de références comme Keith Jarrett, Oscar Peterson, Antonio Carlos Jobim, Dave Brubeck, Chick Corea. L’idée de cet entretien réalisée le 23 juillet 2013 au cours du Festival d’Avignon où vous présentez des leçons de Jazz a pour vocation à s’intéresser au développement de votre carrière et parler des représentations du jazz.

Pour commencer, pouvez-vous revenir sur les origines de votre vos influences musicales et comment continuent-elles aujourd’hui à influencer votre musique ?

J’ai réalisé des études classiques au Conservatoire et j’ai toujours fait du jazz depuis 12 ans. J’adore ça, c’est une passion. Effectivement, je suis pianiste de jazz, compositeur et j’ai dirigé pendant 2 ans l’Orchestre National de Jazz de 1987 à 1989. Après avoir travaillé quelques années avec Jean François Zygel à la démocratisation de la musique classique où on faisait des leçons de musique, j’ai décidé de faire la même chose avec le jazz en présentant et en jouant le répertoire du jazz classique, c’est comme la musique classique. J’explique le parcours de Duke Ellington, Georges Gershwin, Louis Armstrong, Bill Evans, etc. à travers leurs musiques, où je raconte comment ses anciens ont découverts la musique, comment ils ont été influencés en me disant que lorsque nous connaissons notre passé, nous avons un avenir.

Parmi le répertoire, je joue les musiques des gens qui me parlent alors je sélectionne ceux qui m’ont touchés. Je vais vers les gens qui viennent naturellement, ceux qui m’ont fait aimer le jazz, j’aime choisir des compositeurs, des interprètes, des compositeurs, des pédagogues comme c’était le cas pour les compositeurs de la musique classique. La musique classique que l’on trouve d’ailleurs dans le jazz du XXème siècle. Une chose qui s’est perdue dans la musique contemporaine où les gens se sont spécialisés peu à peu, le compositeur ne fait plus que ça désormais car il y a trop de choses à gérer compte tenu du répertoire, notamment. Les musiciens de jazz, eux, sont restés des compositeurs, interprètes et improvisateurs.

Dans le parcours que vous décrivez, on entrevoit une forme d’engagement. Un engagement qui passe par l’œuvre, comment avez-vous travaillé le jazz ou vous a t’il travaillé en tant que public ?

A 12 ans, lorsque j’écoute Oscar Peterson, je suis traversé par sa musique mais je la juge trop moderne. Alors c’est à 14 ans lorsque je la réécoute et que je décide de la retranscrire, c’est à dire écrire les notes que j’entends sur un papier pour les jouer. Le jazz évoque alors pour moi, un esprit de recherche, d’innovation mais surtout de liberté. C’est ce que j’essaye de travailler aujourd’hui, la vision élitiste du jazz en prouvant, en montrant au public en quoi le jazz est populaire depuis le début du XXème siècle. C’est vrai que depuis le début du XXIème, il est un peu plus difficile, quoi que le public ne cherche pas à comprendre, il cherche à ressentir. J’essaye donc de donner des clés pour rassurer les gens, leur donner des clés pour qu’il puisse ensuite se faire leurs avis, aller écouter d’autres propositions. J’ai été moi même initié, s’il n’y avait pas eu des copains qui m’ont fait passer des disques, je n’en serai pas là. Marcel Duchamp avait exposé un urinoir et avait dit après « il n’y a pas d’art sans explications ». Je pense qu’il avait raison, j’initie ainsi le grand public au jazz de manière divertissante tout en expliquant des choses. La plupart du temps le public ne demande qu’à découvrir, les gens sont attentifs, ils sont très à l’écoute, ils rigolent à mes blagues que j’emploie pour nous aider à se décontracter alors qu’à la base le public est rebuté à l’image élitiste du jazz.

Il y a une partie du public qui va ensuite acheter des compilations des musiciens que j’ai présentés. Il redécouvre ça avec grand plaisir, ça amène des gens à écouter cette musique : intelligente, populaire et sensible. Cette musique ne prend pas les gens pour ceux qui ne sont pas. Il y a une réconciliation, la façon de fréquenter les concerts et les festivals sont un moyen comme un autre de redécouvrir l’origine sociale, le sens de cette musique, une communauté qui réclame des droits. Actuellement, les gens ont besoin de reconnaissance, en leur expliquant que leurs ainés ont agis par l’art les touchent terriblement.

Dans le jeu et dans cette implication, comment créez-vous une interaction avec votre public ?

Selon moi, la musique est la meilleure agence de voyages, mon piano fait donc cela pour moi. Par la musique, on voyage dans les codes, les cultures du monde entier, on va bien au delà du jazz. Personnellement, je suis de double culture, j’ai étudié à fond la musique classique et le jazz. Ma femme m’a initié à la musique électro acoustique, mes amis m’ont ouvert aux musiques du monde, mes grands frères écoutaient du rock ; la radio à bien aider à cela. Le meilleur véhicule selon moi est l’improvisation dans le jazz compte tenu de cette liberté, de ses valeurs, le public le ressent et l’interaction se situe là. Le plaisir que j’ai donne nécessairement l’envie au public de se rapprocher comme si on était dans mon salon ou le leur.

Entretien d’Antoine Hervé par Mathieu Feryn le 23 novembre. Texte retranscrit et retravaillé à partir de l’enregistrement.