Festival : les scènes jazz orchestrent la cote des territoires

Festival : les scènes jazz orchestrent la cote des territoires

¤ Avec plus de 458 festivals, le jazz est la deuxième musique la plus programmée en France. ¤ Un genre qui fait parfois renaître des territoires à l’abandon et participe à l’attractivité estivale des villes.

Ibrahim Maalouf à Nice, Norah Jones à Marseille, Avishai Cohen à Marciac, Ahmad Jamal à Vienne, la diva soul Ala.ni à la Défense… Entre clubs de jazz, cabarets, bars, concerts et grands festivals, les notes bleues s’infiltrent partout cet été. « Cette musique de création, libre, décomplexée, affranchie des codes du passé, à la fois cool et sophistiqué, colle merveilleusement à l’époque « , analyse Hugues Kieffer, directeur technique et coordinateur général de Marseille Jazz des cinq continents, qui fête cette année sa 17e édition. « Il imprime un souffle d’indépendance », renchérit le trompettiste, Eric Le Lann.

C’est un fait : les cinq plus grands festivals (Vienne, Marciac, Nice, Marseille, Coutances) devraient encore attirer cette saison près de 600.000 spectateurs. Et le nombre d’amateurs est encore plus important car les concerts regorgent partout en France : selon le dernier barofest de la Sacem, le jazz est le deuxième genre musical programmé après la musique électro. On comptait, l’an passé, 458 festivals de jazz, blues et musiques improvisées, représentant le quart de la programmation nationale. Malgré la perte d’une dizaine de petits événements, cette musique reste quand même la deuxième plus importante derrière la musique électro.

Pourquoi un tel engouement ? « Le jazz, plus que tout autre genre, a la capacité à rassembler tout public. D’autant plus que, en ce moment, le genre se régénère avec l’arrivée de nouveaux artistes, qui renouvellent l’héritage des anciens « , avance Mathieu Feryn, chercheur à l’université d’Avignon. Même les communes les plus reculées s’y mettent.

Retombées économiques

Depuis quinze ans dans le Bas-Rhin, les 633 habitants de La Petite-Pierre voient ainsi débarquer en été près de 17.000 festivaliers autour d’affiches de prestige (cette année Archie Shepp, Hiromi, Hugh Coltman…) et d’un festival off qui occupe pas moins de cinq scènes. Dans la Drôme, Le Poët-Laval, village de 976 habitants, rêve de lui emboîter le pas, avec cette année une quatrième édition qui a su séduire les doigts du pianiste cubain Omar Sosa, et ceux de Shai Maestro, une des plus belles révélations de ces dernières années.

Et les retombées économiques sont importantes. La réputation de Marciac a fait exploser la production du vignoble de Saint-Mont parrainé par les artistes. Il écoule 40 millions de cols chaque année, contre 20.000 lors de la création du festival en 1978.

A Vienne, les retombées atteignent 17 millions d’euros, selon une étude réalisée par Nova Consulting. Pendant les seize jours de concerts, les festivaliers dépensent en billetterie, bien sûr (2,6 millions d’euros), mais aussi en transports (4,2 millions), en restaurants (2,8 millions), en consommation dans les bars (1,7 million), en hébergement (1,4 million). « C’est un moteur pour le développement du territoire « , assure le maire de la ville, Thierry Kovacs.

Le jazz offre l’un des meilleurs retours sur investissement : 15 euros gagnés pour 1 euro investi dans le meilleur des cas, 3 à 4 pour 1 en moyenne. « L’équilibre est relativement aisé », analyse un spécialiste. A Marseille, par exemple, la jauge de 3.500 spectateurs du parc Longchamp peut générer 120.000 euros de recette par jour. La part de subventions ne dépasse donc pas la moitié du budget. « En termes d’attractivité et d’image, s’amuse Régis Guerbois, président du Marseille Jazz des cinq continents, ça n’est pas cher payé pour une bonne note. « 

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/07/07/2017/LesEchos/22482-094-ECH_festival—les-scenes-jazz-orchestrent-la-cote-des-territoires.htm#xGhFO7aPUov3Zxs5.99


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *