ARNAUD MERLIN

28 NOVEMBRE 2016

Entretien avec Arnaud Merlin dans le cadre de son rôle dans les comités d’experts (membre de l’Académie du Jazz et de Charles Cros), de son implication à Radio France depuis 1996 et au sein de la presse spécialisée. Il a notamment été journaliste musical à la revue Jazz Hot et au Monde de la Musique à partir de 1985 puis journaliste à Jazzman de 1992 à 2004. Nous revenons donc sur son parcours.

Pour commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours et la manière dont vous avez découvert le jazz?

J’avais un père extrêmement mélomane même si il n’était pas dans le milieu musical étant économiste de profession. La musique tenait une importance très forte dans sa vie, il écoutait France Musique. En ce sens, je pense que ce n’est pas un hasard si j’y travaille aujourd’hui. Il allait et m’emmenait avec lui à des concerts, il se tenait au courant : en classique et en jazz. Néanmoins, j’ai fais mon apprentissage empirique avec une professeur de piano avec qui je m’entendais un peu moins bien car elle formait à un registre un peu plus traditionnel. J’étais donc en opposition avec elle sur les méthodes et les répertoires à apprendre. C’est aussi quelque chose sur lequel je m’opposais avec mon père qui écoutait le jazz jusqu’aux années 50. Tout ce qui viendra (en jazz) après comme Coltrane ne l’intéressait pas vraiment. C’est d’avantage quelque chose qui m’intéressait même si j’appréciais quelque chose de plus traditionnel.

Si, je ne me suis pas dit enfant que je souhaitais travailler dans la presse, c’est au moment de l’adolescence que je me suis dit que c’était ça qui me convenait et que je devais m’en donner le moyen : passer du plaisir à en faire le métier. Ce n’est pas quelque chose qui est facile, j’ai transigé avec mes parents mais assez vite, je n’ai fais que de la musique. Entre 16 et 17 ans, le pli était ainsi pris, ma mère suivait cela de loin alors que mon père était bienveillant malgré son inquiétude sur les débouchés. Il était parfois intrusif en voulant me présenter à des personnes par relations interposées même si cela n’avait pas de lien direct avec mon projet professionnel. Il pouvait ainsi dire : « Je connais cette personne qui a fait une école de commerce et qui travaille dans une maison de disques. Peut-être que pour toi ce serait bien en terme de sécurité financière à moyen terme ».

A travers cette approche on entrevoit l’articulation entre vos parcours personnel et des rencontres professionnelles, pouvez-vous nous rappeler comment appréhendez-vous les concerts de jazz ?

Très rapidement, je vais fréquenter d’abord des musiciens plus âgés que moi dans les clubs ou les concerts tout en suivant les musiciens de ma génération lors des répétitions sans vouloir faire de la musique à titre professionnel. Le seul moment où je vais pratiquer plus assidument la musique jazz en tant que musicien intervient lorsque je suis au CIM en 1980. Pendant un an, je vais exercer à l’époque dans un lieu qui était en vogue et encore assez sympathique. Ensuite, la confrontation aux disques, aux histoires du jazz, à la lecture des revues, à la fréquentation des musiciens et les discussions sans fin vont jouer dans la suite des évènements. Probablement ce qui jouera aussi dans ce cela c’est une discussion au lycée avec un copain qui m’interpelle : « Quoi ? Tu ne connais pas le meilleur pianiste du monde ? McCoy Tyner ! Il passe à la mutualité, il faut que tu ailles le voir ». Il deviendra le meilleur pianiste du monde car il accompagnera Coltrane. A l’époque, on n’aurait pas dit ça de Jarrett, Hancock ou Coréa qui avait joué avec Miles. La trace de Coltrane était importante sans que l’on perçoive encore la trace électrique de Miles. On aimait aussi Weather Report dont j’ai acheté tous les disques. Ma référence absolue était donc Coltrane et Bill Evans en tant que pianiste amateur. J’ai pu le voir à l’espace Cardin en 1979. Aussi, avec mon père, j’ai vu Count Basie, Oscar Peterson, Ella Fitzgerald, Joe Pass, Stéphane Grapelli : nous partagions ces gouts, notamment.

Dans ce contexte, dès le lycée, j’étais dans une bande de copains musiciens qui partageaient ces gouts en tant qu’amateurs, semi-professionnels ou professionnels. Ça restera lorsque je vais fréquenter les clubs bien qu’un peu plus timide face à ces gens qui ont plus de bouteilles et d’expériences. Je vais ainsi fréquenter le Riverbop à la fin des années 70 où se rencontre beaucoup de musiciens, par exemple. Il a pu m’arriver de faire nuit blanche avec des copains et d’arriver au lycée sans avoir dormi en étant hébergé par les copains dont les parents étaient probablement plus permissifs que les miens. Dans ce lieu, il y avait les musiciens qui gravitaient autour d’Aldo Romano comme Jean François Jenny Clark, Didier Lockwood ou Simon Goubert (qui passait sa nuit au bar à écouter les autres) ; les gens venaient faire le bœuf. Ensuite, j’ai fréquenté le Petit Opportun où on pouvait boire un coup jusque tard dans la nuit. Puis, il y a eu les concerts du New Morning où on ne restait pas discuté puis la fréquentation plus récente du Duc des Lombards ou du Sunset.

Précisément selon vous, comment ces rencontres vous ont conduit à vous engager dans les médias ?

J’ai démarré par la presse en fréquentant ces clubs et les festivals où j’ai pu rencontrer les personnalités radio de l’époque : Claude Carrière et Jean Delmas (Jazz Club) à 18 ans lorsque j’étais étudiant en musicologie et au conservatoire, par exemple. Au milieu des années 80, j’ai rencontré Alex Dutilh, André Francis, Xavier Prevost et Franck Bergerot qui m’ont accueillis très gentiment. Etant étudiant et réalisait une maitrise à la Sorbonne avec Jacques Bernard Hess sur le jazz et la musique contemporaine, j’ai eu un porte d’entrée compte tenu de mes recherches. J’ai transmis mon travail à Claude Carrière qui m’a reçu chez lui. Le jour où j’ai cherché du travail, Alex Dutilh m’a donné un poste d’opérateur de saisie. André Francis a donné mon nom au directeur de France Musique pour assurer les remplacements l’été et faire des émissions saisonnières. Ainsi, je dirais que ce qui a joué c’est que les gens sentaient que j’étais motivé et que je connaissais le sujet.

Bien que le contact professionnel fût très sympathique dès le début, ce n’était pas rémunérateur, je devais avoir un travail alimentaire à coté. J’ai mis 10 ans à trouver un équilibre financier entre ma passion et ces autres travaux. Le cadre général qui a permis ces rencontres professionnelles a eu lieu dans les clubs (Jazz Club en fin de semaine) où Claude Carrière et Jean Delmas faisaient leurs émissions, là où je sortais. Il y a eu une période où je les voyais quasiment chaque semaine. J’allais les saluer et on discutait à la pause ou à la fin de l’émission. En revanche, j’ai fais mes premières armes avec Alain Gerber et Lucien Malson après avoir soutenu ma maitrise grâce à une mise en relation en 1985. Si j’ai fais de la radio de manière ponctuelle avant d’en faire au quotidien, c’est d’abord dans la presse écrite que j’ai pu démarré. Dans l’ordre : la presse et les boulots ; puis, la presse et la radio ; enfin, uniquement la radio. Je dirais que les choses ont évolués au fur et à mesure grâce à une série de rencontres. On est dans un domaine où le réseau fonctionne, les rencontres quotidiennes sont déterminantes ; je n’ai jamais envoyé de CV pour travailler dans les médias.Ainsi, lorsque tu te fais ta culture musicale, tu l’amorces par le disque ou par la pratique musicale mais la vraie culture musicale suppose de fréquenter les concerts pendant 30 ans. Lorsque l’on a vu 3 000 concerts, on écoute forcément différemment les choses. Alors aujourd’hui, parmi mes collègues, des professeurs ou des étudiants que je connais, il y a des gens qui sortent trop peu. C’est toujours un peu bizarre quand on observe les dépenses qu’ils entreprennent par ailleurs ; je reste persuadé que la clé du truc est la curiosité.

Si nous ne sommes pas curieux des gens, de l’histoire et de cette musique ; ça devient très compliqué de la transmettre. On ne peut pas se reposer sur un domaine musical, il faut avoir une vision plus large. Depuis une dizaine d’années, je m’intéresse plus au classique et notamment plus à la musique contemporaine, j’observe la même chose. C’est plus restreint pour un tas de raison mais globalement ce sont les mêmes problématiques que le jazz. Les gens sont dans un petit noyau et ils n’en sortent pas. Ce qui favorise un esprit de chapelle même si je dois dire que dans mon parcours, j’ai eu tendance à fréquenter plus les musiciens que mes confrères. J’ai beaucoup appris en les observant travailler en voyant comment ils s’organisaient avec leurs espoirs et leurs craintes. Ce, tout en partageant des instants plus décontractes en buvant des coups et en voyant comment ils créent des projets. Ce n’est pas toujours une position facile lorsque l’on est critique.

Compte tenu de ce constat, comment avez-vous développé votre analyse critique et votre expertise ?

Effectivement, mon rôle est différent dans les instances comme celles de l’Académie Charles Cros, l’Académie du Jazz ou les Victoires du Jazz. Elles nous permettent de distinguer des lauréats par l’intermédiaire d’une récompense, on donne la carotte sans mettre le coup de bâton. L’exercice de la critique musical et notamment dans la presse écrite est parfois compliqué avec les proches sur le plan humain. Pour cela, on peut s’interdire d’écrire pour les copains mais ce n’est pas forcément mieux car on connaît bien leurs musiques. La difficulté résulte donc dans la construction d’un discours en prenant soin d’avoir du recul. Ce qui signifie d’éviter d’en parler dans la loge et plutôt de faire passer des messages le lendemain autour d’un verre, par exemple. Si la personne ressent notre bienveillance et est en confiance, le message passe. Toute vérité peut se dire au bon endroit et au bon moment. Il faut dire que les musiciens satisfaits sont assez rares. Globalement, c’est le rôle que l’on tient dans une chaine mais à différents endroits. La fréquentation des musiciens m’a apporté plus de joies et de savoirs que de problèmes de cet ordre là.

Pour parler de l’expertise, je dois dire que je suis assez actif dans ces instances contrairement à certains de mes confrères. C’est quelque chose auquel j’ai pensé notamment lorsque je votais pour les victoires de la musique classique l’autre jour. Il y a près de 500 disques à écouter et à prendre le temps d’analyser mais nous ne les recevons pas tous. J’aime bien ce genre d’exercice car c’est un moyen de sortir de son actualité quotidienne ou mensuelle pour s’intéresser à une période plus large. Je constate que l’investissement des membres d’une académie à une autre est assez récurrent du point de vue des individus qui s’engagent. Depuis 2000, il faut signaler que le disque a beaucoup changé même si l’Académie Charles Cros bénéficie d’une image historique compte tenu de la présence de ces vignettes sur les pochettes de disques dès les années 70 dans le domaine de la chanson, notamment. Le statut du disque ayant changé, le palmarès est à deux niveaux : récompense pour les disques et coups de cœur. Cela permet de ne pas se limiter à un prix annuel et à un consensus plus tempéré. Le lauréat était celui qui reçoit le plus de suffrages mais pas nécessairement les plus enthousiastes. Les coups de cœur permettent de mettre en avant une douzaine de disques chaque année. Néanmoins, le problème de ces académies demeurent l’absence de médiatisation (deux émissions sur France Musique et quelques rares dans la presse). C’est le lot de ces instances à part le Prix Goncourt et le Festival de Cannes. Malgré cela, les changements de présidence dynamisent les choses, j’ai la sensation que les choses évoluent dans le bon sens.

Restons modéré, Lacharme va plus dans le côté people dans ces références après il a peut être raison mais cette démarche a tendance a freiné mon investissement personnel. Je dirais que l’Académie Charles Cros est aussi plus ouverte : musiques du monde, chansons, musiques contemporaines, musiques baroques, etc. Si les instances ont tendance à être ultra spécialisées, j’apprécie pouvoir parler de tout avec mes confrères à Charles Cros. Ensuite, au sein des commissions chacun fait ses choix dans une logique fédératrice.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *