Valérie Mauge [au téléphone]

15 NOVEMBRE 2016

Entretien avec Valérie Mauge dans le cadre de sa carrière de chargée de diffusion et de promotion de musiciens au sujet de son parcours d’auditrice, aux valeurs et aux représentations qu’elle associe au jazz et à sa manière de « faire le métier » au cours des années 2000. Nous revenons ainsi en introduction sur le début de son activité, sur la manière dont va se dérouler cet entretien par téléphone, au format libre.

Pour commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours et la manière dont vous avez découvert le jazz ?

Je dois dire que je le découvre lorsque je suis petite car mes parents écoutaient du jazz. J’ai beaucoup été « biberonné » à FIP par l’intermédiaire de Jazz à FIP dans les années 70. Mes parents écoutaient également beaucoup de pop mais pas vraiment de musique classique sans avoir beaucoup de disques. C’est vraiment la radio qui m’a permis de découvrir le jazz. Ensuite, je ne me suis jamais véritablement intéressée aux disques lorsque j’étais adolescente. Du coup, le retour vers le jazz a eu lieu lorsque je travaillais chez Naïve. Après avoir eu l’assentiment de Patrick Zelnik (PDG) de débuter une branche jazz dans la maison Naïve, spontanément Patrick Schuster (chef de projet) est venu vers moi et m’a demandé si cela me tentait d’en faire la promotion, j’ai tout de suite dit oui, j’étais attirée par cette musique, cet univers. Et lui en suis très reconnaissante aujourd’hui, il m’a ouvert les portes de ce monde dans lequel je me sens si bien .

Je me suis retrouvée dans la marmite sans avoir vraiment beaucoup d’ingrédients au départ. Il a fallu que je me fasse une petite formation « express » et que j’attribue des noms à tous ces musiciens que j’avais écoutés pendant des années de manière instinctive avec bonheur pour me professionnaliser. Si dans mon entourage, j’étais beaucoup plus musiques du monde (flamenco), je dois dire que j’étais déjà sensible à un état d’esprit « improvisé ». C’est probablement cette liberté d’expression qui me plaisait. A partir du moment où j’ai commencé à faire le métier, j’ai écouté de plus en plus de disques et à sortir en écouter. Depuis 10 ans, je me suis spécialisée dans l’univers du jazz : émotions, rencontres, etc. Ca n’a pas toujours été de soit car j’étais jeune et une femme dans un milieu essentiellement masculin. J’avais l’impression d’entendre « qu’est-ce que la petite jeune vient faire là dedans ? ». Mais, mes lacunes de départ ont été comblées rapidement malgré ma méconnaissance des journalistes et des musiciens par un crédit lié à la passion et l’envie de mieux connaître. Bien que j’aie pratiqué l’orgue et la guitare, adolescente, je dois dire que cela n’a pas vraiment eu d’incidences sur mon activité professionnelle, ensuite. Au contact des musiciens, j’ai eu plus envie de les écouter que de jouer. Dans le métier que je fais, je n’ai jamais eu envie d’être à leur place ; j’avais envie de les faire découvrir. 

A travers cette approche on entrevoit l’articulation entre vos parcours personnel et des rencontres professionnelles, pouvez-vous nous rappeler comment appréhendez-vous le concert de jazz ?

Très rapidement lorsque tu vis à Paris, tu es amené à sortir dans les jazz-club donc je vais d’abord aller dans les clubs de la rue des Lombards que j’avais déjà fréquentés avec mes parents. A l’époque, j’avais adoré l’atmosphère pour l’ambiance avec les musiciens. Ils y sont et puis ça devient un lieu de vie. Le lieu est le moment où tu entends du live, toute la valeur du ressenti y est testée et l’ambiance du lieu permet d’oublier tous les moments de galère. Aussi, je dois dire que professionnellement, les festivals d’été ont eu une place particulière dans la diffusion pour leurs ambiances en plein air et la capacité à rassembler du monde. Je préfère néanmoins l’ambiance intime du club, la proximité avec les musiciens mais ça m’interroge toujours de connaître les motivations des gens qui fréquentent les festivals : amoureux du jazz ? Sorties touristique ? Lieux de vacances ? J’ai travaillé avec le festival Sons d’hiver pendant 5 ans dans le Val de Marne et qui a lieu dans des endroits différents du département (grandes salles de 1 000 places, petits lieux de 150 places) où la programmation est étudiée selon la production des artistes ce qui a vraiment du sens.

Précisément selon vous, comment a évolué votre travail depuis 2000 ?

Le fait qu’il y a beaucoup plus d’autoproductions a engendré beaucoup de difficultés dans le rapport des musiciens avec les labels. Les labels ne produisent plus nécessairement la musique et les musiciens sont en recherche de distributeurs. Les labels amènent un peu d’argent mais les artistes restent aujourd’hui les principaux investisseurs. A la fois c’est formidable car la création est toujours là mais les places pour jouer sont de plus en plus restreintes. C’est un peu toujours les mêmes qui tournent, qui sont au devant de la scène au détriment de la valorisation de musiciens. Il y a tant de musiciens talentueux qui mériteraient d’être connus, certains sont reconnus par leur pairs, par la presse, et pour autant ils ne jouent pas assez sur scène ! . Les contraintes économiques ont vu beaucoup de labels fermer et certains labels font le choix aujourd’hui de se concentrer sur certains artistes uniquement, les plus « bancable ». Il incombe alors à la charge des artistes de trouver les financements pour enregistrer leurs disques. On revient à une forme artisanale de la production discographique, l’artiste produit et diffuse ses propres disques. Les prix et les récompenses ont un impact certain dans la logique de diffusion. Les disques estampillés par la presse et par les académies permettent de vendre plus de disque ; dans mon boulot, je cherche à obtenir le maximum de récompenses pour favoriser la diffusion et la distribution.

Dans mes différentes expériences en maison de disque que ce soit chez Auvidis, Naïve, Harmonia Mundi, puis au sein d’une structure « pluri activités », j’avais envie de découvrir un aspect transversal de l’activité. C’est pourquoi, j’ai travaillé notamment pour Futur Acoustic (label, tourneur, prestataire technique et son, notamment la régie générale du Festival Jazz In Marciac). Me voilà désormais depuis 6 ans en free lance, collaborant avec des labels, notamment Label Bleu, label français lié à ma Maison de la Culture d’Amiens, des festivals et de nombreux artistes indépendants ou qui le sont devenus par la force des choses ; j’ai pu constater que les relations étaient assez saines. Des relations basées sur la confiance et le respect. Sauf exception, il y une notion d’entraide et d’envie de garder la flamme dans un monde entre deux crises : presse et industrie du disque. Depuis peu, on constate aussi le développement des sites et des blogueurs assez jeunes : 30 ou 40 ans. La visibilité est beaucoup moins importante qu’un magasine mais nous rassure sur les perspectives de développement. En corolaire de cela, les anciennes plumes sont toujours présentes dans les institutions ou dans d’autres blogs, ils cohabitent avec les jeunes. C’est assez rassurant pour les musiciens et les diffuseurs qui partent rarement à la retraite. Il y a une prise de conscience en ce sens par la presse spécialisée, on fait ce métier par passion. En ce sens, mon fils a fait, il y a quelques années, son stage d’observation en classe de 3ème, chez FIP avait constaté les parcours riches et divers des programmateurs, ce qui les avait réuni au sein de la même radio, leur trait commun : l’amour de la musique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *