XXème congrès de la SFSIC : temps, temporalités.

XXème congrès de la SFSIC

XXème congrès de la SFSIC : temps, temporalités. Du 8 au 10 juin 2016

Dans son rapport au temps, le prix de toute évidence associe passé, présent, futur ; notre communication consiste à étudier comment il induit des dynamiques de changement que connaît le marché du jazz en France depuis le début des années deux mille. Notre terrain est constitué par les récompenses décernées dans le monde du jazz (prix, concours, distinctions des instances de consécration) comme outils de mémoire et de récits ; où, il s’agit d’interpréter les modalités de reconnaissance et de valorisation professionnelle du talent. En effet, c’est un domaine marqué par une forte incertitude et l’émergence de conceptions du jazz parfois radicalement opposées, mais permettant d’observer des processus de négociation et de classement (création de nouvelles taxinomies) liés à l’émergence de nouvelles catégories d’acteurs venant d’autres sphères artistiques (pop, world music, hip-hop, électro,…) qui impliquent que les pratiques des acteurs et les dispositifs mis en place évoluent (festivals, plates formes streaming, prix commémoratifs, hommages aux légendes, concerts, ouvrages…).

Paradoxalement, au moment où l’on invoque l’accélération des procédés de reconnaissance des jeunes musiciens de jazz français et l’accumulation à court terme de projets musicaux, on observe une multiplication des hommages aux anciennes stars du jazz dont on peut penser qu’ils sont des traces susceptibles d’être transmises ou interrogées. Notre travail aborde les processus de reconnaissance du jazz à différents instants de la vie de publics et de carrières de musiciens par le biais de la transmission culturelle et/ou mémorielle. Dans la suite de notre travail où nous avons cherché à savoir si la récompense professionnelle opérait une forme de « recommandation » sur les professionnels du spectacle, et notamment les programmateurs ; notre réflexion s’articule sur les moyens de tracer et d’identifier des programmations de lieux, où apparaît un corpus constitué de programmations d’artistes sur la même durée de référence que la base de données de prix (15 ans de l’an 2000 à 2014). Ce qui permet de confronter les deux corpus en travaillant sur une reconnaissance de syntagmes lexicaux afin de proposer une interprétation d’indicateurs nous aidant à établir un effet de recommandation (effet prescriptif) s’il y a (ou pas) sur le public et les intermédiaires de la création et, possiblement, sur la construction d’une réputation dans le temps. Effectivement, dans son rapport au temps, les acteurs s’attachent à être innovants, originaux et visibles auprès des publics. L’étude de la réception des récompenses décernées dans le jazz en France sur le marché de la musique permet de savoir comment ces récompenses sont traduites chez les musiciens et les publics en terme de capital « immatériel ».

C’est pourquoi, nous nous intéresserons à savoir comment et avec qui concourent collectivement la fabrique du musicien de jazz français au sein des espaces de diffusion et des instances de consécration dans un contexte où la numérisation des objets du passé (patrimoine numérisé) comme celle des activités sociales (traces numériques, données personnelles) agit sur les pratiques mémorielles, mais aussi la perception de l’avenir ? De manière concrète, notre réflexion consiste surtout à appréhender la distinction entre prix et performances artistiques, notamment la valeur accordée aux « instants de performance » (concerts, festivals) dans la construction des légitimités artistiques et de la carrière de musiciens au fil des processus et modalités de rationalisation de ses activités sociales. Dans le cadre de cette communication, nous nous appuierons sur le cas de Richard Galliano, musicien français.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *