Patrice Hourbette [Têtes de Jazz]

12 JUILLET 2016

Entretien avec Patrice Hourbette dans le cadre de Têtes de Jazz à l’AJMi lors du Festival d’Avignon au sujet de son parcours au bureau export, aux activités et aux représentations qu’ils associent au jazz. Ancien directeur du bureau export à Londres, il est le directeur de Music LX dont l’objectif est de promouvoir les artistes luxembourgeois à l’étranger.

Pour commencer, pouvez-vous comparer le travail que vous avez mené au bureau export et celui que vous réalisez à Music LX ?

P. : Je suis un des co-fondateurs du bureau export de la musique française, j’y ai travaillé 25 ans à des fonctions différentes. J’ai été directeur du bureau export dans les antennes allemandes, à Londres, à Paris et dans différents pays. J’ai une longue expérience de la promotion de la musique, des artistes à l’étranger dans tous les styles de musique. En 2011, il y a 5 ans, le gouvernement luxembourgeois à travers le Ministère de la Culture m’a demandé de venir créer une structure dédiée à la promotion de la musique, des artistes du Luxembourg à Luxembourg ville. J’ai accepté ce nouveau défi après 25 ans de loyaux services au bureau export français. J’avais envie de revenir vers quelque chose de moins institutionnalisé, plus sur le terrain, faire un bureau export à ma sauce, dont j’imaginais plus d’efficacité et plus petit. En 2011, j’ai recruté une personne avec qui nous avons mis en place des budgets au Ministère de la Culture du Luxembourg.

A cette période, il y avait 80 concerts d’artistes luxembourgeois à l’étranger et depuis notre arrivée, il y a 1 000 concerts un peu partout dans le monde ici à Avignon, à Tokyo, à Londres, à Berlin, … Music LX est un bel exemple de réussite avec peu de moyens (220 000 € pour l’action artistique) et une petite équipe (3 personnes) en étant dans des réseaux européens et en rencontrant les gens. L’artistique prime, nous avons bien sur de bons artistes qui permettent de diffuser la musique à l’étranger. Mais, il ne suffit pas d’être bon pour tourner, il faut des prescripteurs, des promoteurs, des contacts, des réseaux, etc.

Bureau Export

Bureau Export France

A travers cette approche on entrevoit l’articulation entre votre travail et « un catalogue » dense ?

P. : Oui, on fait tous les styles de musique depuis l’électro, le pop, le métal, le jazz, la musique contemporaine. C’est ce que j’aime aussi dans mon travail, ne pas me limiter à une esthétique, je suis éclectique ; j’aime toutes les musiques du moment tant que les artistes sont bons ou excellents. On est vraiment différent du bureau export français, très institutionnalisé et qui est plus un outil au service des labels. Il n’y a pas de labels au Luxembourg donc le problème est réglé. C’est un pays sans industrie musicale, on a été inventé un bureau au service des artistes directement dont on assure la mise en relation avec les labels, les festivals, les partenaires, les managers pour les meilleurs d’entre eux.

Le bureau export français choisit l’artiste à partir de la sélection des labels, il est en contact avec le label et rarement avec l’artiste. Au Luxembourg, la demande se fait du bas vers le haut, on ne prend pas en compte toutes les demandes (300 groupes sur le territoire) afin de permettre de faire tourner ceux qui ont le plus de potentialité à l’international et l’envie de se développer en travaillant. On s’occupe donc de l’équivalent de 60 artistes chaque année et dont une dizaine en jazz, en classique, 3-4 en métal, une vingtaine en pop-rock. Ça représente un gros travail ; le samedi et le dimanche, je travaille tout en assurant le travail le lundi matin à 8h00 au bureau. C’est passionnant et on a l’impression d’être utile, de faire en sorte que les groupes puissent faire des rencontres et d’avoir de nouveaux publics ; c’est le résultat de notre travail.

Bureau Export luxembourgeois

Bureau Export luxembourgeois

Le Luxembourg, un pays multiculturel, un atout pour la diffusion à l’étranger ?

P. : Effectivement, ça aide d’avoir des artistes qui sont multilingues puisque chacun parle déjà le luxembourgeois, l’anglais, l’allemand et le français. Pour les promotions ou les sollicitations de la presse, c’est très accommodant. Aussi, il profite pas mal des influences venant des musiciens belges, français, allemands ; ils sont à l’écoute de ces sons. Ils sont beaucoup à avoir travaillé à New York, ils sont donc aussi très sensibles à la musique américaine. Il y aussi énormément de musiciens fameux qui viennent se produire au Luxembourg, c’est une opportunité pour eux de faire des rencontres. Ils voient ainsi le niveau international et comme le pays est petit (60 kilomètres d’un bout à l’autre), cela l’oblige à faire plus de 3 concerts par an pour vivre de la musique et ça suppose d’être excellent pour sortir. Le marché de la musique est très dur, il faut un super niveau pour aller à l’export et notamment sur le marché français où sont présents les américains, les anglais et bien sur les français, les belges, les suisses, …

Prochainement Capitale Européenne de la Culture (3ème fois), le Luxembourg a développé des infrastructures culturelles, un impact pour le « marché intérieur » ?

P. : Oui, un petit pays mais qui a une importance européenne, non proportionnelle à son nombre d’habitants ou ses banques. Juncker à la tête des institutions européennes pèse un poids certain dans la politique de l’Europe et dans les négociations politiques. C’est un pays qui fait un pont entre l’univers allemand, belge, français et les anglo-saxons ; ils arrondissent les angles et font les intermédiaires dans la négociation. Ensuite, le fait d’avoir été Capitale a déclenché un nombre incalculable de choses au Luxembourg (infrastructures, manifestations) comme la Philharmonie (salle de 3 à 4 000 places), une salle de rock formidable, l’arrivée des stars américaines et européennes. C’est un peu négatif pour l’intérieur, ils n’ont pas encore cette culture, cette fierté du musicien national ; c’est en transition. C’est le travail de Music LX aussi afin de travailler l’image sur le territoire national. Les programmateurs du Luxembourg sont attentifs lorsque les artistes sont invités au Festival d’Avignon, par exemple ou à Paris au Théâtre de la Télé ou à la salle Cortot : l’international ouvre sur le national. La situation va se normaliser, pendant 10 ans tout l’argent allait à l’international et peu vers le local. Rien n’est jamais facile dans la culture, dans la musique, dans la vie…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *